Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

L’Allemagne veut davantage de femmes à la tête des entreprises

17 février 2011

La ministre allemande de la Famille, des Personnes âgées, de la Femme et de la Jeunesse, Kristina Schröder, a signé mardi avec des représentants d'entreprises et de syndicats une « charte pour des horaires de travail compatibles avec la famille ». Pour faciliter l'ascension des femmes à des postes de responsabilités, Berlin mise ainsi sur la créativité des entreprises plutôt que sur des quotas.

Nouvelle charte

Cette charte constitue « un signe d'espoir et un progrès important » en matière d'adaptation des horaires de travail à la vie de famille, a déclaré la chancelière Angela Merkel. Toutes les études le montrent, en effet : le désir de passer plus de temps avec leur enfants arrive en tête des préoccupations des parents actifs en Allemagne. « Les options actuelles - temps plein ou mi-temps - ignorent les souhaits de la plupart des parents », a ajouté M. Schröder.

L'enjeu dépasse de loin la gestion de contraintes pratiques. Il s'agit, pour le gouvernement allemand, de briser le fameux « plafond de verre » qui contrarie l'accès des femmes aux postes à responsabilités dans les entreprises et la fonction publique. La proportion de femmes parmi les cadres dirigeants des 200 premières sociétés allemandes stagne à trois ou quatre pour cent. C'est plutôt « un scandale », s'est emportée la chancelière.

Appel à la « créativité » des DRH

Ferme dans ses intentions, la chancelière se veut toutefois souple sur le plan de la méthode. Elle a refusé la mise en place d'un quota légal de femmes au sein des conseils d'administration des entreprises, suggérée par la ministre du Travail et des Affaires sociales, Ursula von der Leyen. Le gouvernement veut « encore donner une chance aux entreprises » d'améliorer la situation par elles-mêmes, bien que les engagements volontaires pris il y a dix ans n'aient pas porté leurs fruits. « Soyez créatifs ou bien c'est nous qui le serons », a-t-elle prévenu.

La flexibilisation des horaires de travail sera ainsi l'une des clés de l'accès des femmes aux responsabilités. « La flexibilisation des horaires de travail améliorera les opportunités de carrière pour les femmes et, pour les hommes, les possibilités de passer du temps avec leurs enfants. C'est pourquoi nous avons besoin de disposer de davantage de modèles basés sur une durée de travail comprise entre 30 et 35 heures hebdomadaires, qui soient compatibles avec l'exercice de postes à responsabilités », a expliqué Mme Schröder. La ministre promeut ainsi un profond changement des mentalités : l'accès aux responsabilités ne doit plus reposer sur la « culture du présentéisme », souligne-t-elle.

Contre la pénurie de salariés qualifiés

L'objectif de la charte est de parvenir à une solution qui satisfasse tout le monde : salariés et entreprises. Car il est aujourd'hui dans l'intérêt de ces dernières d'attirer et de promouvoir les femmes qualifiées. « Permettre aux parents de concilier sans difficulté famille et carrière constitue, dans le contexte actuel de mutation démographique et de pénurie de main-d'œuvre qualifiée, une condition importante pour que l'Allemagne demeure un site économique d'avenir », a souligné Angela Merkel.

Voir l'article original sur le site du CIDAL : Des horaires flexibles pour briser le « plafond de verre »

© www.cidal.diplo.de