Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Deux clés pour réussir son activité et devenir plus efficace en contexte interculturel franco-allemand

Pour faire suite à l'article sur les entreprises qui réussissent en contexte interculturel, voici deux caractéristiques clées pour devenir performant en contexte interculturel. (Partie 2/3)

Au regard du retour de mes clients (français, allemands, luxembourgeois), il semblerait que les entreprises qui ont réussi à conjuguer différence de pratiques et performance ont mis en place certains, voire tous les points suivants :

Développer un état d'esprit / Oser dépasser ses limites

J'ai pu constater que les entreprises qui se remettaient en question et qui par ce biais changeaient de cadre de référence avaient plus de facilité à développer leur activité : se donner la permission de dépasser les limites et rester ouvert aux opportunités.

Les mots tels que intuition, créativité, spontanéité, interaction gênent le caractère très rodé des organisations, pourtant elles guident ces entreprises sur le chemin de la performance. Elles dépassent la notion de culture et de différence, car toute l'importance revient à la personne. Sylvie Chévrier, auteur d'un livre sur le management interculturel évoque que « l'interculturel est avant tout un état d'esprit », une attitude d'ouverture qui facilite le travail entre différentes manières de faire et de pensée qui revient aux qualités humaines d'une personne.

Les managers que j'ai pu accompagnés ont développé un état d'esprit qui repose à la fois sur la remise en question de soi et sur la volonté d'améliorer les interactions. Ces managers acceptent les erreurs et les considèrent comme une véritable opportunité pour grandir et avancer.

Mettre en place un process simple qui responsabilise chacun

Vous avez certainement déjà participé à des réunions de travail interminables et inutiles où vous avez l'impression de perdre votre temps ? Ou bien vous sortez d'une réunion frustré, car vous n'avez pas réussi à exprimer vos idées, car ce sont toujours les mêmes qui parlent ?

Une PME allemande de plus de 50 salariés dont je ne citerai pas le nom pour des raisons de confidentialité, et qui travaille avec la France est confrontée au quotidien avec les différentes pratiques de son voisin. Leurs réunions de travail s'éternisaient, il y avait peu d'interactions et pas de place pour des idées nouvelles. Pour dépasser ce blocage, nous avons mis en place ensemble un processus de travail partagé fondé sur les valeurs suivantes : écoute, partage, respect mutuel. Après plusieurs mois de travail, on peut constater les premiers progrès concrets, à savoir que leurs projets aboutissent dans les délais prévus, qu'ils innovent, et surtout qu'ils s'écoutent pour œuvrer ensemble.

Au regard de cet exemple, il s'est avéré que les entreprises « gagnantes » qui ont mis en place un environnement de travail favorisant l'interaction et le partage entre les membres d'un groupe en sort gagnant à plusieurs niveaux.
Premièrement, les réunions de travail sont dès à présent des rendez-vous propices à la créativité et à l‘expression de tous les participants. Deuxièmement, la prise de décision ainsi que l'élaboration se font de manière collective, en émergence ce qui fait des réunions d'équipe des rendez-vous de prises de décision et d'actions concrètes. En sortant d'une réunion, chacun sait ce qu'il doit faire grâce au plan d'actions qui a été co-construit. Enfin, l'introduction d'un processus simple et structuré et le respect des valeurs co-identifiées garantit l'équité entre les membres d'un groupe, un cadre de référence commun au delà des différences culturelles.

1) Sylvie Chévrier, Le management des équipes interculturelles, PUF, 2000 

Ces articles pourraient également vous intéresser : 

1/3 - Les entreprises qui réussissent en contexte interculturel : l'exemple allemand

3/3 - D'autres leviers pour réussir en contexte interculturel franco-allemand

Sylvie Pache
Consultante franco-­allemande