Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Projet de loi instituant une retraite flexible en Allemagne

Un jour salarié, le lendemain retraité. Ce passage brutal de la vie active à l'inactivité devrait devenir moins fréquent en Allemagne. Le gouvernement allemand a adopté en septembre 2016 un projet de loi instituant la « retraite flexible ». Son objectif : offrir aux seniors allemands davantage de liberté pour organiser leur transition vers la retraite, tout en encourageant la poursuite d'une activité.

Une transition individualisée

Le credo de cette réforme est l'individualisation des chemins vers la retraite. Le texte facilitera donc aussi bien la vie de ceux qui veulent continuer à travailler au-delà de l'âge légal que celle des salariés qui veulent partir plus tôt.

Par exemple, quand un salarié choisit de sortir progressivement de la vie active en touchant une retraite partielle de manière anticipée, il lui est aujourd'hui très difficile d'accepter ici et là de petits travaux pour améliorer l'ordinaire car cela ampute gravement sa pension. La réforme va changer les choses. Il ne subsistera qu'un plafond annuel de 6 300 euros par an pour les revenus supplémentaires. En-deçà, la pension sera intangible. Au-delà, la retraite ne sera réduite qu'à hauteur de 40 % des revenus supplémentaires. En pratique, cela laissera une grande liberté à chacun d'adapter son activité comme il l'entend.

Autre avancée : la poursuite d'une activité en parallèle d'une retraite à taux plein pourra permettre de continuer à accumuler des points de retraite. Ce n'était pas le cas jusqu'à présent, bien que les employeurs soient tenus de verser des cotisations à la caisse de retraite. À l'avenir, non seulement ces cotisations pourront améliorer le montant de la pension, mais le salarié-pensionné pourra choisir librement d'apporter lui aussi des cotisations augmentant ses revenus futurs. Quant à l'employeur, il n'aura plus à verser de cotisation à l'assurance chômage pour l'emploi d'un retraité (mesure néanmoins limitée à cinq ans).

 

Une transition individualisée pour la retraite en Allemagne

Enfin, les personnes souhaitant prendre leur retraite de manière anticipée se verront aidées à planifier et à sécuriser financièrement leur départ. Elles pourront verser plus facilement et plus tôt (dès 50 ans) des cotisations supplémentaires pour amortir la décote à laquelle leur pension sera soumise.

Une tendance de fond à l'heure de l'allongement de la vie

La philosophie du texte reste cependant d'encourager les Allemands à travailler plus longtemps, quitte à organiser une transition très progressive et à la carte entre l'emploi à plein temps et la retraite à temps plein.

Cela correspond à une tendance de fond. Fin 2014, plus d'un million de personnes en Allemagne continuaient à travailler bien qu'ayant atteint l'âge légal du départ à la retraite.

Leurs motivations sont très variées : transmettre une expérience, accroître leurs revenus, se sentir valorisé, garder des contacts sociaux. Mais souvent, elles disent aussi simplement vouloir rester intellectuellement et physiquement en forme. Il faut dire qu'aujourd'hui, statistiquement, un Allemand de 60 ans a encore 21,5 ans à vivre, une Allemande près de 25 ans.

Retrouvez l'article original (du 15 septembre 2016) sur le site du Centre d'information de l'ambassade d'Allemagne (CIDAL) : De la vie active à la retraite : vers une transition « sur mesure »