Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Lignes de V.I.E.

Le Volontariat International en Entreprise (V.I.E.) permet aux jeunes de décrocher une première expérience professionnelle à l'étranger. Ils sont près de 500 en Allemagne avec de grandes chances de décrocher un job à la sortie. Présentation de ce programme qui gagne à être connu.



ParisBerlin_logoParisBerlin (http://www.parisberlin.fr) est le seul newsmagazine qui vous informe chaque mois sur l'actualité franco-allemande dans les domaines suivants : politique, économie, mode de vie, culture, éducation, médias.




Le principe du Volontariat International en Entreprise est à la base assez simple : il permet aux jeunes, jusqu'à 28 ans d'effectuer une mission professionnelle dans une entreprise française à l'étranger pour une durée allant jusqu'à deux ans. Créé en 2000, le V.I.E. a succédé au système de la Coopération du Service National en Entreprise, disparu en même temps que le service militaire obligatoire. Il est à différencier du V.I.A. qui se déroule dans les administrations.
Pour essayer de résumer le fonctionnement du V.I.E., il faut savoir que c'est un programme du Secrétariat d'Etat français au commerce extérieur mais que la gestion administrative et juridique est déléguée aux différents bureaux d'UBIFRANCE. Le bureau allemand se situe par exemple avec la Mission économique à Düsseldorf. Enfin, ce sont les maisons-mères des entreprises en France qui décident de participer à ce programme en envoyant les jeunes V.I.E. vers leurs filiales à l'étranger.


L'Allemagne, 4e destination


Pour donner quelques chiffres, à l'heure actuelle, plus de 6 000 V.I.E. sont en poste dans le monde entier. En cumulé, ce sont plus de 23 000 qui sont partis en mission depuis la création de ce programme. Parmi ces V.I.E. actuels, l'Allemagne est bien représentée puisque avec 489 V.I.E. au mois de novembre dernier, elle se classe en quatrième position derrière les incontournables Etats-Unis, Chine et Royaume-Uni. Un chiffre en constante augmentation pour l'Allemagne depuis 2002. Pour Charlotte Rappeneau, chargée du développement du programme V.I.E. pour l'Allemagne, ce programme a des avantages pour les deux parties : "Pour les entreprises, c'est une formule qui permet de donner sa chance à un jeune. Pour les jeunes, c'est le plus souvent une première expérience professionnelle à l'étranger qui ouvre majoritairement sur un poste".


Opportunités et concurrence


Pour rester sur le cas de l'Allemagne, il est intéressant de s'intéresser au profil-type des V.I.E. envoyés dans les filiales d'entreprises françaises. Le programme est ouvert à tous les Européens et n'exige pas de diplôme. Mais, dans les faits, la très grande majorité est française et diplômée à Bac+5. En Allemagne, c'est, sans surprise, l'industrie automobile qui reçoit le plus grand nombre de V.I.E., suivie par l'industrie aéronautique puis les banques. "Il y a des profils très recherchés dans les domaines des ingénieurs, du contrôle/gestion et finances ainsi que du développement commercial. D'un autre côté, nous avons plus de demandes que d'offres d'entreprises dans les domaines des Ressources Humaines et du marketing. Ce n'est pas vraiment étonnant et cela n'est spécifique ni à l'Allemagne ni au V.I.E.".


Les P.M.E. bienvenues


Qu'on se le dise, il y a donc encore des opportunités à saisir et UBIFRANCE tente de faire connaître sa formule auprès des écoles d'ingénieurs en France même si "parfois, cela pêche un peu au niveau de l'image de l'Allemagne. Une partie cherche des destinations plus exotiques" explique Charlotte Rappeneau. Pourtant, le programme présente un argument de choc : "Au niveau mondial, comme en Allemagne, 70% sont sûrs d'avoir un emploi parfois avant même d'avoir fi ni leur V.I.E.". Les dernières mesures du programme V.I.E. tendent également à faciliter la participation des P.M.E. en proposant des solutions adaptées à leur format. Informations et inscriptions : www.civiweb.com


TEXTE : SEBASTIEN VANNIER