Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Les PME en Allemagne, colonne vertébrale de l’économie allemande

Les PME en Allemagne, colonne vertébrale de l’économie allemande

Au cours des cinq dernières années, le développement des petites et moyennes entreprises (PME) a fortement contribué au dynamisme de la croissance outre-Rhin. Les PME allemandes ont créé des emplois, accru leurs fonds propres et beaucoup investi en recherche- développement, souligne le gouvernement allemand en réponse à une question posée par le groupe parlementaire du Parti social-démocrate au Bundestag sur la situation de cette catégorie de sociétés.

Emplois créés

Les PME demeurent « la colonne vertébrale » de l'économie allemande, a souligné le ministre de l'Économie, Philipp Rösler. Tout d'abord, elles ont contribué à ce que l'économie allemande batte tous les records en matière de création de richesses et d'emplois en 2012. En 2011, les entreprises de moins de 2 250 salariés employaient déjà 921 000 salariés de plus qu'en 2009.

Deuxième motif de satisfaction : les PME ont accru leurs fonds propres. Le taux de fonds propres des PME est passé de 11,5 % à 18,6 % entre 2007 et 2010. Selon les premières tendances, il aurait même atteint 20,7 % en 2011.

Priorité à la R&D

Enfin, les PME ont contribué à la dynamique économique, alimentée par les activités de recherche et développement (R&D). Leurs dépenses de R&D auraient atteint 2,9 % en 2011, selon les dernières estimations. Un chiffre qui place l'Allemagne juste en-dessous de l'objectif de 3 % fixé par l'Union européenne. Les entreprises de moins de 500 salariés affichent, elles, un taux encore beaucoup plus élevé. Leurs dépenses de R&D ont progressé en 2011 de 9,1 % pour atteindre un total de 8,2 milliards d'euros.

Les PME allemandes n'en demeurent pas moins confrontées à des défis, tels que la dégradation de la conjoncture économique en Europe et les bouleversements démographiques.

Le gouvernement s'efforce donc de créer les conditions pour leur permettre de continuer à se développer. Il mène une politique de formation de la main-d'œuvre en Allemagne et de soutien à l'immigration de travail. Il défend, à l'échelle européenne, la mise en place des nouvelles normes bancaires (« Bâle III ») d'une façon qui assure l'accès des PME au financement bancaire et au capital-risque. Enfin, il soutient les PME innovantes dans le cadre de sa Stratégie en faveur des technologies de pointe et la création d'entreprises dans le cadre de l'initiative « Gründerland Deutschland » (L'Allemagne, pays de créateurs d'entreprises).

Source : www.allemagne.diplo.de