Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Freelance en Allemagne : avantages et difficultés au quotidien

Plongée dans le quotidien d'un indépendant en Allemagne. Tour d'horizon des avantages d'être freelance en Allemagne, des perspectives mais aussi des difficultés que connaissent ces travailleurs non salariés. TEXTE : MARC MEILLASSOUX



Paris_Berlin_LogoParisBerlin (http://www.parisberlin.fr) est le seul newsmagazine qui vous informe chaque mois sur l'actualité franco-allemande dans les domaines suivants : politique, économie, mode de vie, culture, éducation, médias.




Il est difficile de parler du travailleur indépendant. Ce statut englobe en effet des réalités différentes et des métiers parfois très éloignés, parmi lesquels les professions libérales, les commerçants, les informaticiens ou les métiers créatifs. Robin Haefs, graphiste et programmeur dans la capitale allemande fait partie de cette dernière catégorie. Comme beaucoup d'entre eux, il a choisi ce statut pour "sa liberté au quotidien" après une expérience difficile dans une structure où la hiérarchie lui pesait.


Si les débuts sont laborieux, il se spécialise dans le graphisme pour le cinéma et développe une offre intégrée de graphiste-designer-programmeur. Dans The Ghost Writer de Roman Polanski ou dans la série allemande Les têtes brûlées (Die Draufgänger) c'est lui qui conceptualise, dessine et programme tout ce qui apparaît sur les écrans d'ordinateur : les recherches sur Internet, les animations et les pages Web, qui n'existent pas dans la réalité.


Des compétences multiples


Un métier séduisant sur le papier mais pour lequel "l'hygiène de vie est primordiale, même si on a une certaine liberté par rapport aux salariés", explique-t-il. Contrairement à certains poncifs qui voudraient qu'un travailleur indépendant se lève tard et travaille en dilettante, la journée d'un travailleur indépendant est souvent intense : d'après une étude de l'université d'Hambourg auprès de 147 travailleurs indépendants exerçant dans le monde des médias, la moitié des sondés travailleraient en moyenne entre 45 et 65 heures par semaine, et 15% des hommes sondés assurent travailler plus de 65 heures par semaine (3 % chez les femmes). La répartition du temps de travail se partage généralement comme suit : 55 % est consacré aux commandes et à leur suivi, 20% à la prospection de nouveaux clients et 15 % à la gestion courante et à l'administratif. M. Haefs travaille la plus grande partie de son temps chez lui, comme la plupart de ses semblables: les travailleurs indépendants travaillent 90 % du temps seuls, sauf quand ils rencontrent leurs clients.


Les difficultés du quotidien quand on est en freelance en Allemagne


Et la vie d'un travailleur indépendant n'est pas aussi rose qu'elle y paraît : 62 % des travailleurs indépendants présentent des symptômes psychosomatiques liés à la pression, aux conditions de travail ou au sentiment de solitude. Les cas de dépression ou de burn- out sont ainsi plus élevés que chez les salariés. S'il estime avoir eu de la chance, Robin Haefs a également connu une phase de forte incertitude: "Un jour, après trois mois sans nouvelle commande, j'ai commencé à douter et me suis mis à la recherche d'un poste fixe." L'entretien n'a pas abouti, mais la réponse négative a coïncidé avec une nouvelle commande importante. Robin Haefs a, depuis, développé une activité parallèle, le développement de sa propre marque de produits dérivés autour de sa ville natale, Berlin. Quand les commandes s'estompent, il travaille sur son propre projet, garde le rythme en dessinant des T-shirts, posters et autres cartes postales, même s'il admet que cette activité pèse encore peu en termes de revenus.


Informations supplémentaires au sujet du free-lance en Allemagne : Les indépendants en Allemagne et en France : un vrai poids dans l'économie


TEXTE : MARC MEILLASSOUX