Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Répondre aux 8 questions pièges en entretien d’embauche en Allemagne

Répondre aux 8 questions pièges en entretien d’embauche en Allemagne

Pendant leur formation, les recruteurs allemands apprennent la bonne manière de poser des questions parmi la bonne centaine à leur disposition pour déterminer si un candidat peut convenir à une entreprise. Ils s’approprient surtout des techniques très spécifiques qui permettent de faire sortir le candidat de sa réserve. Car, en fait, il est très simple d’irriter quelqu’un à partir d’une question piège, voire d’augmenter son stress face à soi, ou tout simplement de le provoquer.

Or, tous les jours et en Allemagne aussi, les recruteurs inventent de nouveaux moyens pour connaître et appréhender au mieux les candidats qui se présentent devant eux. Ils sont constamment dans la recherche de nouvelles idées pour pouvoir surprendre encore et toujours les candidats, qui eux sont habitués aux questions rituelles d’un entretien.

De manière générale, il faut retenir une chose : il suffit de rester calme après une question piège, surtout dans une langue étrangère. Respirer profondément, repensez à votre préparation pour cet entretien et ne montrez pas que vous êtes déstabilisés lorsque vous répondez.

Toutefois, il est possible aussi de s’appuyer sur quelques astuces pour bien négocier les pires questions d’un entretien d’embauche, dont voici quelques exemples en français et en allemand.

1. Vous préférez travailler seul ou en équipe ?
2. Selon vous, quels sont les trois traits de caractères qui manquent à votre profil ?
3. Pouvez-vous nommer 10 de vos faiblesses ?
4. Quelle est la valeur de l’argent dans votre vie ?
5. Vous êtes encore un peu inexpérimenté pour cet emploi, non ?
6. Quelle est la dernière fois que vous avez enfreint une règle ? Et pourquoi ?
7. Comment recevez-vous les critiques ?
8. Combien pèse un Airbus A320 ?


1. Vous préférez travailler seul ou en équipe ?

Arbeiten Sie lieber allein oder im Team?

Conseil : une question qui implique un choix est souvent un terrain glissant et dangereux. L’objectif peut être de contraindre le candidat à un choix précipité, trop rapide, et qu’il soit ensuite empêtré dans ses contradictions.

La meilleure réponse est peut-être de jouer la détente ainsi, en prenant en compte les deux aspects et les avantages de chaque proposition : « Cela dépend des situations. Lorsque je dois m’approprier beaucoup de notions, il est préférable que je ne sois pas dérangé. Toutefois, pour une présentation importante, j’apprécie de pouvoir être en équipe. »

2. Selon vous, quels sont les trois traits de caractères qui manquent à votre profil ?

Was denken Sie, welche drei positiven Charaktereigenschaften Ihnen fehlen?

Conseil : c’est une question très fréquente pour les recruteurs en Allemagne, qui n’est pas si problématique pour un bon candidat. Elle se prépare en fait assez facilement et doit pouvoir être parée à votre avantage.

La meilleure réponse dépend de l’entretien et il faut donc y avoir réfléchi au préalable. Car en fait, mieux vaut avoir d’abord pensé sérieusement aux qualités nécessaires ou souhaitées dans cette entreprise. Enfin, il est important de choisir des caractéristiques qui vous correspondent et qui soient améliorables. Il ne faut pas que cela vous manque totalement et définitivement.

3. Pouvez-vous nommer 10 de vos faiblesses ?

Können Sie uns 10 Schwächen von Ihnen nennen?

Conseil : lorsqu’un recruteur allemand pose cette question, il espère que le candidat en révélera beaucoup plus sur lui-même que ce qu’il veut. La question des faiblesses est un classique dans les entretiens d’embauche, à tel point que chaque candidat sait pertinemment bien les deux points qu’il peut aborder… Mais dix faiblesses ?

La meilleure réponse à faire est de rester à votre plan initial, c’est-à-dire en ne nommant que les lacunes auxquelles vous aviez songé en préparant l’entretien. Dans l’idéal, il faut que ces faiblesses soient évidemment sans conséquence pour le poste que vous convoitez. Quant à chiffre de dix faiblesses… oubliez-le, et faites comme si vous n’aviez rien entendu.

4. Quelle est la valeur de l’argent dans votre vie ?

Welchen Stellenwert hat Geld in Ihrem Leben?

Conseil : cela ne sert à rien de prétendre que l’argent n’a « aucune importance » pour vous. Personne ne pourra y croire et cela pourrait plutôt montrer que vous ne dites pas la vérité. Car soyons franc, pourquoi seriez-vous à cet entretien d’embauche si vous ne souhaitez pas gagner (dûment) votre vie ?

Inexpérimenté pour cet emploi

La meilleure réponse dans ce cas est une réponse pleine de confiance. Dites calmement que vous estimez important d’être rémunéré correctement pour le bon travail que vous faites. Car il ne s’agit pas seulement d’apporter un meilleur chiffre d’affaires pour une entreprise. Vous avez aussi des coûts dans votre vie quotidienne et vous avez besoin d’une rémunération honnête pour votre famille, votre logement, vos loisirs…

5. Vous êtes encore un peu inexpérimenté pour cet emploi, non ?

Für diesen Job sind sie noch etwas unerfahren, oder was denken Sie?

C’est la question idéale pour vous mettre à l’épreuve, mais aussi pour vous de convaincre le recruteur en lui prouvant que vous êtes idéal pour l’emploi proposé.

La meilleure réponse ne dépend pas de votre expérience. Peu importe que vous soyez expérimenté ou non. Vous êtes prêt à travailler et c’est ce qui compte. De plus, vous êtes présent pour apporter un vent de fraîcheur et de dynamisme au sein de l’entreprise. Persuadez simplement le recruteur que c’est à vous que ce job est destiné.

6. Quelle est la dernière fois que vous avez enfreint une règle ? Et pourquoi ?

Wann und warum haben Sie das letzte Mal eine Regel missachtet?

Bien sûr, en tant que Français, il y a une règle que vous ne respectez jamais malgré les habitudes en Allemagne : le feu rouge piéton. Toutefois, ce n’est pas ce que le recruteur souhaite entendre à ce moment-là. Si vous avez besoin d’un peu de temps pour encaisser et réfléchir à cette question piégeuse, vous pouvez toujours utiliser cela comme une blague. Vous gagnerez ainsi un peu de temps.

Le recruteur veut entendre ici si vous êtes capables de respecter les règles en entreprise, et de tenir à un comportement professionnel en toutes circonstances. Ou même d’obtempérer à des directives sans ciller.

La meilleure réponse consiste ici à trouver une infraction saine et compréhensible. Vous ne devez pas survoler la question et donner l’impression finalement que vous faites ce que vous voulez au travail. Cependant, il ne faut pas non plus apparaître comme un travailleur qui ne réfléchit pas et qui fait tout ce qu’on lui demande. Montrez votre sens de l’initiative et du compromis ! Dans l’idéal, expliquez comment vous pesez le pour et le contre si un ordre professionnel ne vous semble pas convenable.

7. Comment recevez-vous les critiques ?

Wie gehen Sie mit Kritik um?

Ce serait vous mettre le doigt dans l’œil que d’estimer que la critique ne vous touche absolument pas. Ce n’est le cas pour personne. Le recruteur aura une fois de plus l’impression que vous n’hésitez pas à lui mentir et à travestir la réalité.

La meilleure réponse est d’expliquer avec franchise que les critiques sont désagréables à entendre, mais en même temps constructives et nécessaires au travail. Le fait d’être irrité par les critiques est humain. Les recruteurs le savent bien eux-mêmes. Mais si vous êtes capables de prendre une remarque de façon positive et de l’appliquer comme un conseil, vous êtes dans la bonne démarche à adopter.

8. Combien pèse un Airbus A320 ?

Was wiegt eine Airbus A320?

Le recruteur germanophone choisit de poser une question à laquelle le candidat ne pourra probablement pas répondre, surtout si celle-ci est très très éloignée du domaine dans lequel vous travaillez. Toute la culture générale peut y passer, par exemple des questions historiques sur la différence entre l’art gothique et l’art roman, les ouvrages les plus connus de Goethe ou Rainer Maria Rilke, etc.

Il s’agit d’un test. Le recruteur souhaite observer à ce moment-là votre réaction face à une situation incongrue, inattendue, déstabilisante, surtout dans un moment stressant comme un entretien d’embauche. Le candidat reste-t-il détendu, logique et serein face à la question, ou bien est-il pris de panique et cherche à éluder la question avec un air embarrassé ?

La meilleure réponse consiste donc peut-être à d’abord gagner un peu de temps, en rebondissant sur l’entretien d’embauche et le poste convoité : « C’est une question tout à fait intéressante, même si je ne vois pas le rapport avec le poste. » Ensuite, vous pouvez admettre n’avoir aucune idée de la réponse à cette question, mais que vous êtes tout à fait capable d’aller chercher cette information si nécessaire.

En conclusion…

Le plus important est de rester calme dans toutes les circonstances, peu importe la question piège. Si vous désarçonnez une question ou une autre avec un peu d’humour, vous pouvez a minima gagner un peu de temps devant le recruteur.

Enfin, soyez surtout toujours franc lorsque vous répondez à une question. Un mensonge sera toujours tôt ou tard découvert et sera très très défavorable à votre candidature ou à votre emploi, même si vous avez réussi l’entretien d’embauche. Sur le long terme, vous ne serez pas gagnant.

Plus d'informations concernant votre candidature en Allemagne :