Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Comment trouver un stage en Allemagne qui puisse déboucher sur une embauche

Ehrenamtliche Mitarbeiter, Praktikant, Trainee, Werkstudent, usw., pas facile de s'y retrouver parmi toutes les offres de stages. Afin de mettre toutes les chances de votre côté pour vous aider à décrocher un stage en Allemagne qui puisse véritablement déboucher sur un contrat d'embauche, nous vous proposons dans cet article d'exposer les principales règles et notions qui régissent ce type d'activité.

Le but étant de vous aider à trouver le stage qui correspond le mieux à votre projet professionnel, plutôt que d'enchaîner les stages qui risquent, dans le meilleur des cas, de rendre votre CV illisible, et dans le pire, de vous dégoûter du monde du travail avant même d'y avoir mis les pieds.

Pourquoi l'Allemagne ?

Le système de formation allemand

Le système de formation allemand, tend, beaucoup plus que son homologue français, à valoriser l'expérience pratique. Si l'Allemagne fut longtemps critiquée par l'OCDE pour le nombre insuffisant de jeunes diplômés issus de son enseignement supérieur, les vertus du modèle allemand de formation en alternance, conjuguant expérience en entreprise et enseignement théorique, semblent désormais faire l'unanimité.

Une autre grande différence d'avec le système français, est qu'en Allemagne, ce sont les entreprises, bien plus que les élus, qui dictent les priorités de la politique de formation. Ce sont elles qui vont décider, selon les prédictions du marché, du nombre d'employés qui sera embauché dans les années à venir et des qualifications qui leur seront demandées.

Or, cela n'est plus un secret pour personne, l'Allemagne souffre d'un grave déficit démographique. Les entreprises allemandes vont donc devoir faire appel à une main d'œuvre qualifiée étrangère, et comme le marché européen de l'emploi est régi par le principe de libre circulation, c'est tout naturellement qu'elles vont se tourner vers les pays voisins, en développant des programmes de coopération avec le ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales.

La situation du marché de l'emploi en Allemagne

Avec un taux de chômage chez les 15-24 ans qui fait figure d'OVNI parmi les statistiques européennes, soit seulement 6,9% en Allemagne contre 24,6% en France et jusqu'à 45,3% en Espagne, l'Allemagne a pris ces dernières années des allures de terre promise pour les quelques 5 millions de jeunes européens qui se retrouvent sans emploi.

Les chiffres admirablement bas du taux d'inactivité des jeunes allemands ont ainsi amené la Commission Européenne à réviser ses objectifs en matière de formation. Désormais, ce n'est donc plus tellement la formation universitaire mais davantage l'expérience pratique qui est régulièrement invoquée pour faciliter l'accès des jeunes européens à l'emploi.

La situation du marché de l'emploi en Allemagne

Aussi, l'intérêt d'acquérir une première expérience professionnelle dans l'une des grandes villes allemandes, comme par exemple à Berlin, capitale européenne du web, ou à Munich, où siègent de grands groupes internationaux, n'est plus à démontrer. Même si vous ne parlez pas encore très bien l'allemand, sachez que c'est probablement votre langue maternelle qui retiendra le plus l'attention de vos recruteurs, à condition bien sûr que vous maîtrisiez suffisamment bien l'anglais pour pouvoir communiquer avec vos collègues.

La fin de la Generation Praktikum ?

En Allemagne comme en France, le stage en est donc venu à être considéré comme une étape obligée pour les jeunes diplômés en quête d'embauche. Les nombreux abus constatés au cours des deux dernières décennies et légitimement dénoncés par des mouvements tels que Generation Praktikum en Allemagne ou Génération Précaire en France, ont permis de mener à un encadrement légal plus strict de ce type de contrat.

La formation légitime de jeunes diplômés, soucieux de mettre à l'épreuve leurs acquis théoriques, servait en effet trop souvent de prétexte à l'usurpation de postes en CDD. Transformer ces postes en "stages" revenaient non seulement à supprimer des postes, mais également à exploiter une main d'œuvre jeune, qualifiée et d'autant plus docile qu'elle était par définition inexpérimentée.

Suite à l'introduction du salaire minimum allemand (soit 8,50€ brut par heure) à la date du 1er janvier 2015, les entreprises allemandes sont désormais obligées de rémunérer leurs stagiaires pour tous les stages librement consentis d'une durée supérieure à trois mois. Cette mesure a eu pour effet de changer du tout au tout la condition des stagiaires en Allemagne mais également de reconfigurer complètement l'offre en la matière.

Quels types de stages en Allemagne ?

Ehrenamtliche Tätigkeit

L'ehrenamtliche Tätigkeit ou freiwillige Tätigkeit est une activité par définition non rémunérée, quoique rien n'interdit qu'elle le soit, auquel cas on parle d'Aufwandentschädigung (défraiement). Dans l'immense majorité des cas, ce type d'activité s'effectue au bénéfice d'associations (Vereine et Jugenverbände) œuvrant à des fins non-lucratives. Cette activité ne fait jamais l'objet d'un contrat de travail. Les missions qui sont confiées au stagiaire-bénévole sont seulement soumises à un accord préalable.

L'ehrenamtliche Tätigkeit permet de s'essayer aux différentes facettes d'un métier et de développer des contacts professionnels. Elle peut également faire très bonne impression sur un CV. N'oubliez pas de demander un Praktikumszeugnis (certificat de stage) évaluant la qualité de votre travail et de votre motivation à l'association concernée.

Pflichtpraktikum

Le Pflichtpraktikum ou "stage obligatoire" est la forme la plus "pure" de stage dans notre typologie, celui-ci étant entendu comme un contrat dans lequel l'entreprise s'engage à prester au stagiaire une formation en bonne et due forme en échange de ses services. Attention : Les Pflichtpraktika ne concernent que les stages que vous êtes "obligés" d'effectuer dans le cadre de vos études et se distinguent en cela des freiwillige Praktika. Dans le cadre d'un Pflichtpraktikum, vous obtenez auprès de votre université ou toute autre institution d'enseignement, une "convention de stage" qui énumère clairement les missions qui vous seront confiées ainsi que les modalités de votre évaluation par l'entreprise. Vous vous voyez également attribuer un "maître de stage" qui sera chargé de votre suivi durant toute la durée de votre stage.

En Allemagne, les stages obligatoires ne sont pas rémunérés, ou plutôt, ils peuvent l'être, mais cela ne constitue en aucun cas une obligation. Ce type de stage ne donne pas non plus droit à deux jours de congés payés pour chaque mois travaillé comme dans le cas du freiwilliges Praktikum, mais ici aussi, tout dépend de ce que vous avec convenu avec votre employeur. En règle générale la durée de ce type de stage est de 6 mois car on considère que passé ce délai la courbe d'apprentissage du stagiaire va décroissante.

Freiwilliges Praktikum

Par opposition, le freiwilliges Praktikum est donc un contrat de stage "librement consenti" et obligatoirement rémunéré au salaire minimum si le stage dure plus de trois mois. Notez que ce type de contrat n'est pas reconductible, sans quoi il serait trop facile de contourner l'obligation de rémunération. L'introduction du salaire minimum pour les stagiaires a suscité de vifs débats en Allemagne et dans l'état actuel des choses, il se pourrait que le législateur revienne sur sa décision. Un avantage évident de cette mesure est qu'elle a permis d'éradiquer une bonne partie des stages dits "abusifs", soit qu'ils demandaient trop au stagiaire en lui confiant peu ou prou toutes les responsabilités attenantes à un CDD, soit qu'ils utilisaient le stagiaire comme un élément périphérique tout juste bon à remplir les tâches subalternes (le tristement célèbre stage "café-photocopie"). Dans les deux cas, la qualité de l'apprentissage était en effet quasi-nulle, tant et si bien que la qualification de "stage" était pour le moins abusive.

Dans les faits, on observe néanmoins que depuis l'introduction du salaire minimum, les offres de stages de plus de 3 mois ont pratiquement disparues pour être massivement requalifiées en annonces recrutant des Werkstudenten. Cette nouvelle tendance est d'autant plus regrettable que, selon les spécialistes, la durée de stage idéale doit être d'au moins 3 mois pour que le stagiaire puisse retirer quelque chose de son expérience en entreprise.

Werkstudenten

Les Werkstudenten ou Young Professionals sont dans l'immense majorité des étudiants immatriculés dans une université, mais parfois aussi des travailleurs freelance en quête de nouveaux contrats, qui exercent une activité à mi-temps (max. 20 heures par semaine) à côté de la poursuite de leurs études ou durant les vacances académiques. L'entreprise qui emploie des Werkstudenten est donc soumise à l'obligation de rémunération et ce, dès le premier jour de travail, indépendamment de la durée du contrat.

A la différence du Studentenjob (job étudiant), les missions confiées au Werkstudent doivent théoriquement avoir un rapport avec les études poursuivies par celui-ci. Contrairement au stage, il convient néanmoins de noter que l'entreprise qui emploie des Werkstudenten n'a aucune obligation de formation envers ceux-ci.

Traineeships

Les Traineeships sont des contrats qui n'existent pas en France. Pendant un ou deux ans, le Trainee va se familiariser avec tous les départements de l'entreprise tout en bénéficiant de séminaires de formation qui vont lui permettre de se spécialiser. Les Traineeships se situent donc à la frontière entre le stage et le poste à plein-temps. Le Trainee a plus de responsabilités que le stagiaire, il est également mieux payé et ses chances d'être embauché à l'issu de la formation sont très élevées, puisque l'entreprise a déjà investi pendant un ou deux ans dans sa formation. Dans la pratique, commencer par effectuer un stage augmentera grandement vos chances de décrocher un de ces postes très convoités. Car il faut savoir que les entreprises, même très importantes, ne financent qu'un ou deux Trainees en même temps.

Ici aussi, la prudence est de mise lorsque vous épluchez les offres, car il n'est pas rare qu'un Praktikum soit abusivement qualifié de Trainee alors que les faits - durée, qualité et rémunération de la formation, perspective d'embauche, etc. - ne corroborent pas cette dénomination. Enfin, notez que dans les domaines du journalisme, des relations publiques et de l'édition on ne parle pas de Traineeship, mais de Volontariat.

Comment transformer un stage en embauche ?

La candidature

La règle d'or en matière de candidature est de concentrer ses efforts sur une poignée d'entreprises plutôt que de submerger tout un secteur d'activité de lettres de motivation bâclées. L'expérience montre que l'envoi de candidature tend en effet à suivre une courbe exponentielle à mesure que les courriers demeurés sans réponse s'accumulent et que la date limite de dépôt de votre dossier de stage se rapproche, dans le cas où votre stage constitue une étape obligatoire dans votre projet académique.

Gardez bien à l'esprit que c'est à vous de choisir l'entreprise et non l'inverse et essayez de résister à la tentation du copier/coller lors de la rédaction de vos lettres de motivation. Car il en va malheureusement de la recherche de stage comme de la recherche de chambre en colocation : attendez-vous à ce que l'entreprise de vos rêves vous appelle le jour même où vous aurez dit "oui" à une boîte beaucoup moins attrayante.

Lors du premier entretien

Durant le premier entretien, n'ayez pas de scrupules à évoquer le fait que vous avez postulé dans d'autres entreprises durant votre recherche de stage. Vous imaginez-vous une seconde que l'entreprise n'a de son côté rencontré qu'un seul candidat? En réponse aux questions-types que l'on retrouve dans tout entretien, cela vous permettra de placer astucieusement que parmi vos critères de sélection, outre bien évidemment les critères usuellement évoqués que sont l'intérêt du stage, la qualité de la formation, le prestige de l'entreprise, etc., les perspectives d'embauche revêtent pour vous une importance capitale. Il ne vous restera plus alors qu'à demander ce qu'il en est concrètement dans la société en question.

A défaut d'une réponse claire de votre interlocuteur, s'il se perd en circonvolution ou si la question semble provoquer un léger malaise, sachez que vos chances de décrocher un emploi à l'issu de votre stage sont quelque peu mises à mal (mais non nulles). A vous de voir maintenant si vous vous sentez l'étoffe d'un stagiaire conquérant.

Réussir son intégration dans l'entreprise

Insistez pour convenir de rendez-vous réguliers avec vos supérieurs lors desquels ils pourront établir un bilan de votre activité au sein de l'entreprise. Si votre stage n'entre pas dans le cadre de votre projet académique, ceux-ci ne sont en effet pas obligatoires, et c'est bien dommage, car vous n'arriverez jamais à progresser dans l'entreprise sans feedback régulier. Dire que tout va bien à la machine à café ne suffit pas. Il convient de prendre rendez-vous avec votre supérieur à la fin de votre première semaine de stage puis au rythme d'une fois par mois pour un suivi régulier. Veillez à bien préparer ces rendez-vous afin de ne pas donner l'impression à vos supérieurs qu'ils perdent leur temps. Là aussi, n'hésitez pas à évoquer cette condition dès votre premier entretien, cela ne fait que témoigner de votre sérieux et de votre motivation.

Réussir son intégration dans l'entreprise

Durant la première semaine, n'hésitez pas à passer brièvement dans le bureau du DRH pour le remercier de vous avoir donné votre chance. Soyez bref et concis, mais sachez que cette brève entrevue peut être déterminante pour vos futures chances d'embauche. Ainsi, le DRH pourra mettre un visage sur un nom lorsqu'il s'agira de trancher entre différents candidats en fin de stage, ce qui peut définitivement jouer en votre faveur.

Développer son réseau professionnel

Trouvez un "mentor". Dans l'idéal, il s'agit d'un employé plutôt jeune, qui a entre 2 et 8 ans d'expérience professionnelle et qui est issu de la même formation que vous. Ce référent servira à vous initier aux us et coutumes de l'entreprise et vous permettra d'étendre votre réseau professionnel.

N'hésitez pas également à socialiser avec les autres stagiaires. Il y a de bonnes chances pour qu'il s'agisse de vos futurs collègues. Sachez par exemple qu'il n'est pas rare pour une start-up berlinoise de passer de 2 à 100 employés en l'espace d'un an. Aussi, c'est tout naturellement que devrait se créer un esprit de camaraderie et d'entraide parmi les stagiaires, cela est professionnellement motivant et personnellement épanouissant, avec de sympathiques Feierabende en perspective.

Quand et comment évoquer son embauche ?

Évoquez vos perspectives d'embauche avec vos supérieurs dès le milieu de votre stage, c'est à dire au troisième mois, en partant du principe que votre stage dure six mois, soit la durée idéale pour les raisons évoquées plus haut. Évoquer vos chances d'embauche avant d'avoir passé au moins trois mois dans l'entreprise serait par contre prématuré, car vous n'aurez jamais sérieusement réussi votre intégration avant ce délai.

Même si votre stage se passe très bien, il vous faudra postuler ailleurs, ne serait-ce que pour être sûr et certain que l'entreprise dans laquelle vous avez fait votre stage est vraiment la meilleure. N'attendez surtout pas la fin de votre stage pour postuler car non seulement vous prendrez alors le risque de devoir vous inscrire à l'agence pour l'emploi pour une durée indéterminée, ce qui peut s'avérer psychologiquement très démotivant, mais aussi parce qu'alors tous les stagiaires qui eux, n'auront pas sagement attendu la fin de leurs 6 mois pour manifester leurs ambitions, auront eu le temps de vous griller la priorité.

Pensez en stratège et n'hésitez pas à faire part à vos supérieurs de vos prises de contact avec les entreprises concurrentes. Ici aussi, la subtilité est de mise, insistez bien sur le fait que votre stage se passe pour le mieux mais que vous ne pouvez pas vous permettre de prendre le risque de vous retrouver au chômage, que cela n'entame en rien votre motivation à travailler pour l'entreprise, au contraire, mais que vous allez avoir besoin d'un retour rapide de leur part en ce qui concerne vos perspectives d'embauche. Cela permettra de leur mettre un peu la pression et de leur faire prendre conscience du risque de voir une jeune recrue, dûment formée pendant 6 mois, partir à la concurrence. Pensez bien que les entreprises n'emploie pas les stagiaires par charité mais qu'il s'agit pour elles d'un investissement sur le long terme, dont elles comptent bien pouvoir profiter à l'avenir.

Vous devriez à présent avoir toutes les clés en mains pour transformer votre stage en Allemagne en contrat d'embauche. Sachez que la situation est grave mais pas désespérée et qu'il vous faudra sans cesse faire vos preuves sur un marché du travail hyper-concurrentiel, que ce soit en Allemagne ou ailleurs. Cela n'inclut cependant pas d'accepter n'importe quelles conditions de travail. En effet, n'oubliez jamais qu'en acceptant d'assumer la charge de travail d'un CDD pour un salaire au rabais, vous contribuez à détruire votre propre emploi.