Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

10 conseils pour décrocher un job avec les recruteurs allemands

10 conseils pour décrocher un job avec les recruteurs allemands

Certains peuvent être perdus en créant leur profil sur des réseaux comme Xing ou LinkedIn. Ils sont alors sans cesse contactés par des inconnus, des recruteurs ou Talent Acquisition Managers cherchant la perle rare pour leur entreprise. Mais pourquoi en avoir peur ? Avec de bon aiguillages, les recruteurs peuvent se révéler très utiles. Il ne pas faut pas les négliger. Voici quelques bons conseils pour mettre à profit les chasseurs de tête qui vous contactent.



1. Être clairement positionné sur le marché de l’emploi allemand

2. Être visible pour les chasseurs de tête (headhunter) et recruteurs allemands (Personalvermittler)

3. Apprendre à comprendre les recruteurs en Allemagne

4. Aller parler aux recruteurs !

5. Garder le contact

6. Être souverain lors de la prise de contact

7. Être prêt pour le premier échange - et les suivants

8. Répondre franchement et honnêtement

9. Faire confiance à son évaluation

10. Rester pro

* Bonus : mettre en avant les compétences linguistiques


1. Être clairement positionné sur le marché de l’emploi allemand

Votre profil doit contenir votre formation, vos connaissances, vos expériences et même les résultats que vous avez pu obtenir. Tout cela doit être le plus concret possible. C’est ainsi que votre place sur le marché du travail en Allemagne sera claire. De la même manière, vos objectifs doivent être exprimés clairement : que voulez-vous faire ? Quels types d’entreprises appréciez-vous ? Pourquoi souhaitez-vous déménager dans une ville en particulier en Allemagne ? Que voulez-vous obtenir grâce à votre travail ? Sans oublier de préciser si vous voulez rester où vous êtes, quel salaire vous souhaitez avoir... (d’où l’importance d’estimer votre salaire allemand au préalable) Votre profil doit donc pouvoir être lu vite et simplement.

Votre formation et vos expériences doivent tenir en deux lignes, suivies de vos compétences complémentaires et de vos souhaits (consultez nos informations concernant l’équivalence des diplômes avec l’Allemagne) Et pas plus. La principale difficulté réside dans le fait de se perdre dans des détails et des souhaits trop détaillés. En toute honnêteté, vous avez une qualité principale. Vous êtes avant tout à votre aise dans un domaine précis. Il faut que l’on trouve votre profil par rapport à ce domaine. Si quelqu’un souhaite profiter de votre expertise dans un autre domaine, il vous le proposera de lui-même. Privilégiez plutôt la spécialisation. Montrez dans votre présentation ce que vous savez faire de mieux.


2. Être visible pour les chasseurs de tête (headhunter) et recruteurs allemands (Personalvermittler)

Afin d’attirer l’attention de ces recruteurs, il faut évidemment se préoccuper de la bonne visibilité de votre profil. Il faut pour cela montrer son expertise, que ce soit par exemple sur des réseaux sociaux, ou sur des portails comme Monster.de ou StepStone.de. En entrant sur le marché du travail, et plus encore lorsqu’on est étudiant, il est bien sûr difficile de défendre immédiatement une expertise dans un domaine. Il y a cependant des possibilités pour cela. Vous pouvez par exemple vous présenter à de nombreuses réunions ou conférences dans votre domaine, en participant à l’appel à papiers, ou même en soumettant des contributions. Cela augmente vos possibilités d’être appelé plus tard à présenter vous-même un thème. Vous pouvez aussi ouvrir un blog sur votre domaine d’expertise, ou écrire des tribunes dans un blog spécialisé déjà reconnu. Enfin, vous devez garder à jour vos profils sur des canaux comme Xing et LinkedIn, de sorte à avoir une présence suffisante pour augmenter la probabilité d’être repéré. À ce titre, des sites comme Monster et absolventa.de sont aussi très utiles en Allemagne.


3. Apprendre à comprendre les recruteurs en Allemagne

Les chasseurs de tête en Allemagne occupent une fonction essentielle dans les fonctions dirigeantes d’une entreprise. Même si vous êtes abordé par quelqu’un de façon très informelle et assez peu professionnelle, ou qu’il pose des questions qui semblent inadaptées, regardez de plus près votre interlocuteur. A-t-il une bonne réputation ? Est-il considéré comme de bon conseil ? Ensuite, vous pouvez choisir de rester en contact, ou de passer à autre chose et d’attendre d’être recommandé à quelqu’un d’autre.

Apprendre à comprendre les recruteurs en Allemagne


4. Aller parler aux recruteurs !

Faites vous-même la démarche de chercher de bons cabinets de recrutement. Il y en a de très nombreux sur le marché du travail et ils sont souvent spécialisés sur un domaine en particulier. Même les plus gros cabinets ont des branches spécialisées en interne et de spécialistes pour vous. Ce sont eux qui peuvent vous donner les meilleurs conseils par rapport à votre profil et vous donner des opportunités d’évolution. Jetez également un coup d’oeil vers les agences d’intérim pour augmenter le réseau d’employeurs locaux.



5. Garder le contact

Si quelque chose change dans votre vie professionnelle, par exemple si vous changez de position au sein de l’entreprise ou si votre salaire est augmenté, parlez-en avec “votre” recruteur. Il faut également organiser régulièrement des rencontres en personne. Cela permet de clarifier bon nombre de questions sans prise de tête.


6. Être souverain lors de la prise de contact

C’est-à-dire qu’il faut se comporter en étant le plus succinct et discret possible lorsqu’un recruteur vous contacte. Lors d’un premier appel, il suffit de convenir d’un rendez-vous téléphonique, qui pourra ainsi avoir lieu dans un moment plus privé. Echangez simplement vos numéros. Il n’en faut pas plus, cela ne serait pas professionnel. S’il s’agit d’une demande sur un réseau social comme Xing ou LinkedIn, répondez alors rapidement et poliment. Mieux, vous pouvez appeler vous-même brièvement. Même si vous déclinez cette demande, cela peut déboucher à l’avenir sur une prise de contact précieuse.


7. Être prêt pour le premier échange - et les suivants

Faites le point une fois de plus sur votre profil et vos objectifs. Qu’est-ce que vous pouvez apporter à une entreprise ? Jusqu’où voulez-vous aller ? Vous devez être capable de poser un cadre précis sur vos possibilités comme au moment de signer votre contrat de travail : délai de préavis, salaire, compléments (congés, primes, etc.). Il est important pour vous de demander aussi si ce conseiller a déjà un mandat de son client.
Soyez calme au téléphone et écoutez bien les propositions du recruteur. Même si vous ne songez pas à un changement d’emploi dans l’immédiat, un entretien très court peut se révéler instructif. Vous aurez au moins noué un contact avec ce recruteur. Vous pouvez même peut-être lui conseiller quelqu’un d’autre par rapport à cette offre.

Être prêt pour le premier échange


8. Répondre franchement et honnêtement

Pas à pas, vous allez devoir vous mettre d’accord sur des points importants. Le recruteur voudra savoir quelle expérience vous avez exactement, si vous avez déjà été responsable d’un service, du point de vue disciplinaire ou dans la conduite du travail, si vous savez gérer un budget… Il s’agit d’avoir un échange honnête pour que le recruteur puisse vous conseiller à partir d’une évaluation réaliste. Ce n’est que comme ça qu’il pourra remplir son rôle. Il faut l’accepter, même si vous n’être pas encore tout à fait son client.


9. Faire confiance à son évaluation

Un conseiller est capable d’évaluer au plus près ses clients. Par conséquent, il faut faire confiance à son jugement lorsqu’il estime que vous n’êtes pas en position de convoiter un emploi. Si un poste est potentiellement accessible pour vous, voyez alors avec lui la marche à suivre pour y parvenir.


10. Rester pro

Lorsque vous recevez la fiche de poste ou des informations sur l’entreprise concernée, évaluez sérieusement si ce poste et cette entreprise peuvent vous convenir et valent le coup d’une expatriation vers l’Allemagne. Essayez aussi de savoir si vous remplissez toutes les exigences pour le poste. Si la fiche de poste vous convient au deux-tiers minimum, alors vous pouvez postuler. Faites-le ensuite à la fois rapidement et sérieusement.


* Bonus : mettre en avant les compétences linguistiques

Lorsque vous cherchez un travail entre la France et l’Allemagne, n’hésitez pas à faire valoir auprès du recruteur vos qualités dans les deux langues. C’est un atout considérable dont il ne faut pas hésiter à vanter les mérites, comme le précise Jérôme Lecot, recruteur de profils franco-allemand chez Eurojob-Consulting :

Les candidats qui parlent parfaitement allemand, français et anglais sont rares. Et il est très important pour une agence de recrutement de pouvoir situer d’entrée de jeu l’expérience professionnelle et le niveau de langue d’un candidat grâce à son CV. Il vaut donc mieux mettre en avant les langues parlées dès le titre du CV. Pour bien témoigner de ce niveau, pensez aussi à indiquer si vous avez une certification et la date à laquelle celle-ci a été accomplie. Enfin, ne négligez pas les expériences que vous pouvez avoir dans le travail avec des Français ou des Allemands. Cela témoigne de compétences interculturelles qui pourraient manquer à d’autres candidats.

Pour plus d'informations concernant le recrutement en Allemagne, n'hésitez pas à consulter également :