Die führende deutsch-französische Jobbörse

Anzeige schalten ab 490 € Finde Deinen deutsch-französischen Traumjob

Emploi dans l'automobile en Allemagne : comment postuler

Emploi dans l'automobile en Allemagne : comment postuler

Le secteur automobile est considéré comme une industrie clé en Allemagne et l'une des plus grandes au monde. Rien qu'en 2020, l'industrie automobile allemande a enregistré un chiffre d'affaires de 432,6 milliards d'euros, plus de la moitié a été réalisé à l'étranger, ce qui fait de l'Allemagne les champions de l'exportation. Cependant, l'évolution des besoins des consommateurs et les exigences en matière d'éco-responsabilité obligent les acteurs de ce secteur à repenser la mobilité.

Si vous êtes un candidat étudiant ou jeune professionnel souhaitant travailler dans ce domaine, vous devez planifier votre entrée de manière stratégique, et idéalement dès le début. Dans cet article, nous vous présentons la manière de postuler, démarrer et planifier votre carrière dans l'industrie automobile en Allemagne.

1. Que réserve l'avenir dans la branche automobile allemande ?
2. Où peut-on travailler dans l'industrie automobile en Allemagne ?
3. Quel est le moment judicieux pour postuler dans l'industrie automobile ?
4. La candidature parfaite pour travailler dans l'industrie automobile en Allemagne
5. Les salaires dans l'industrie automobile en Allemagne
6. Les défis futurs de l'emploi dans le secteur automobile et sa place dans le franco-allemand





1. Que réserve l'avenir dans la branche automobile allemande ?

L'industrie automobile allemande, riche en traditions, est confrontée à son plus grand défi. Bien que son chiffre d'affaires continue d'augmenter d'année en année, elle est à la traîne de la "4ème révolution". Des mots à la mode tels que digitalisation et mise en réseau, mais aussi la nouvelle prise de conscience environnementale, accompagnent le changement fondamental d'une industrie qui se réinvente actuellement. Les véhicules intelligents et les voitures électriques sont alimentés par une technologie informatique basée sur les données et une technologie de batterie innovante, et sont en plein essor.

Actuellement, environ 832 000 personnes sont employées dans ce domaine en Allemagne, et des ventes annuelles de 436,2 milliards d'euros ont été réalisées en 2020. L'industrie automobile allemande est le champion mondial des exportations et la plus importante de toutes. Cependant, le secteur automobile a été particulièrement touché par la pandémie du Coronavirus, et le nombre d'immatriculations de voitures neuves a chuté en 2020.

Dans ce domaine, vous développez, concevez, construisez et produisez des véhicules à moteur. La plupart des diplômés en ingénierie (dont de nombreux Français en Allemagne) travaillent pour les grands constructeurs automobiles allemands ou leurs fournisseurs. Les candidats se spécialisent généralement dans la conception ou la production dès le départ. Mais vous pouvez également travailler comme ingénieur dans la gestion de projets ou les ventes.

Les domaines de spécialisation de l'ingénierie automobile en Allemagne sont les suivants :

  • construction de prototype (Prototypenbau)
  • mécatronique des véhicules (Fahrzeugmechatronik)
  • technologie du châssis (Fahrwerktechnik)
  • technologie des moteurs (Motorentechnik)
  • conception et construction de la carrosserie (Karosseriekonzeption und -konstruktion)
  • simulation de véhicules (Fahrzeugsimulation)
  • acoustique technique (technische Akustik)

Les défis permanents de l'industrie automobile comprennent l'amélioration de la sécurité des véhicules, la durabilité et le respect de l'environnement. Les mesures d'ingénierie environnementale dans la conception des véhicules comprennent la réduction des émissions polluantes par l'utilisation de carburants alternatifs et l'utilisation de matériaux durables.

Afin d'améliorer encore la sécurité des voitures, les éléments mécatroniques tels que les airbags et l'ABS sont perfectionnés. Les systèmes numériques d'aide à la conduite, jusqu'aux véhicules entièrement automatisés, visent à rendre les routes plus sûres pour tous les usagers. Dans ce domaine, le développement n'en est encore qu'à ses balbutiements, tout comme la gestion des nombreuses questions juridiques et éthiques / morales qu'implique un contrôle purement informatique.

Les nouvelles tendances technologiques de l'industrie automobile vous offrent des domaines d'activité totalement nouveaux et passionnants dans lesquels, en tant que candidats, vous travaillez en étroite collaboration avec d'autres domaines spécialisés et assumez souvent une fonction d'interface. Des innovations allant des aides au stationnement à la conduite entièrement autonome, en passant par les moteurs électriques et Carit, sont conçues pour rendre la conduite non seulement de moins en moins stressante, mais surtout plus rapide, plus sûre et plus respectueuse de l'environnement. Si le gouvernement fédéral parvient à ses fins, il n'y aura plus de voitures diesel dès 2030 et, en perspective, plus du tout de voitures à essence. Au contraire, l'industrie de la voiture électrique sera tirée par les investissements, et ses chiffres d'emploi augmenteront de plus en plus.





2. Où peut-on travailler dans l'industrie automobile en Allemagne ?

L'industrie automobile ne se limite pas aux grands constructeurs, même s'ils fournissent une très grande partie des emplois. De nombreux ingénieurs automobiles sont employés par l'un des trois grands groupes automobiles allemands. Mais les fournisseurs de l'industrie automobile sont également des employeurs intéressants pour vous en tant que candidat ingénieur, IT, commercial ou pour les fonctions supports. Une grande partie des innovations technologiques dans le domaine des véhicules ont lieu chez les fournisseurs et les fabricants de toutes sortes de composants automobiles.

L'électrotechnique, en particulier, est souvent achetée à l'extérieur, tout comme les matériaux composites spéciaux pour les pièces de véhicules, qui deviennent plus résistants et en même temps de plus en plus légers. Les technologies de l'information prennent également une importance croissante. Des systèmes d'infodivertissement à l'assistance à la conduite, en passant par la télématique et l'intelligence artificielle, qui transforment la voiture en un "ordinateur sur roues" en réseau interne et externe. Vous pouvez également travailler pour des fournisseurs de services d'ingénierie à l'industrie automobile et dans le secteur des essais et des témoins experts.

Vous pouvez trouver des emplois d'ingénieur dans tous les Länder allemands. En raison des grandes entreprises qui y sont implantées, le Sud de l'Allemagne offre le plus grand choix d'employeurs, mais on trouve également des constructeurs automobiles et des fournisseurs dans d'autres régions. À l'échelle nationale, environ 50 séries de voitures différentes sont fabriquées sur une vingtaine de sites. La plupart de ces entreprises sont situées dans le Bade-Wurtemberg et en Bavière, suivis par la Rhénanie-du-Nord-Westphalie et l'Allemagne de l'Est. Dans le Nord, les constructeurs automobiles sont plutôt modérément représentés. Outre Daimler AG, Porsche et Audi, environ 960 entreprises appartiennent à l'industrie automobile, dont une grande partie sont des fournisseurs.

Liste des marques de voitures allemandes les plus célèbres et importantes

Liste des 10 plus grands équipementiers automobiles allemands





3. Quel est le moment judicieux pour postuler dans l'industrie automobile ?

Pour répondre à cette question et obtenir quelques conseils de candidature dans le secteur automobile allemand, nous avons interviewé Jérôme Lecot, Directeur chez Eurojob-Consulting, Cabinet de recrutement franco-allemand.

"Les candidats doivent avoir une expérience aussi proche que possible du secteur automobile grâce à des stages ou une expérience dans un secteur connexe."


Jlecot

Jérôme Lecot
CEO Cabinet de recrutement franco-allemand
Eurojob-Consulting

En général, il faut postuler le plus tôt possible. Les débutants et stagiaires, en particulier, sont censés avoir une idée précise de leur carrière pour être retenus par les recruteurs. Pour pouvoir répondre à ces exigences, les candidats doivent avoir une expérience aussi proche que possible du secteur automobile grâce à des stages ou une expérience dans un secteur connexe. Même en tant qu'étudiant, vous devez acquérir de l'expérience pratique, choisir les bonnes filières, vous constituer un réseau et réfléchir soigneusement au sujet de votre Master.

Conseil n°1 : acquérir votre première expérience lors de vos études

Essayez de connaître les entreprises dès maintenant et effectuez autant de stages en Allemagne que possible. Cela vous permettra de savoir si ce secteur vous convient et de connaître les sujets qui vous intéressent particulièrement.

Une fois que vous êtes dans l'entreprise, posez vos questions aux experts du secteur. Beaucoup d'entre eux seront prêts à parler de leur vie quotidienne et à vous parler de leur carrière. Les stages et les informations vous aideront certainement à choisir votre future spécialité.

Conseil n°2 : choisir les spécialisations et utiliser le réseau réseau dans votre programme de Master

Idéalement, vous savez déjà au début de vos études dans quelles matières vous souhaitez vous spécialiser. Vous ne devez pas laisser votre choix au hasard, car une mauvaise orientation n'est pas un critère d'exclusion absolue dans l'industrie automobile, mais elle peut vous ralentir.

À votre tour, vous devez combiner les domaines de spécialisation avec des stages appropriés, peut-être même effectuerez-vous un stage en Allemagne ou ailleurs pendant votre master, car l'industrie automobile est, après tout, très internationale. Et comme de nombreux stages, thèses et autres emplois sont attribués sur le marché caché de l'emploi, il vaut la peine de garder le contact avec d'anciens collègues et camarades de classe. Trop de personnes sous-estiment le pouvoir d'un réseau et passent à côté d'importantes opportunités de carrière.

Conseil n°3 : susciter l'intérêt pour le sujet de votre mémoire ou thèse de Master

Il est préférable de choisir un sujet qui correspond à votre spécialisation, à votre CV et à vos intérêts. En particulier pour les personnes en début de carrière, la thèse est un sujet souvent évoqué dans les entretiens d'embauche. Vous pouvez même saisir l'occasion de vous familiariser avec le travail quotidien d'une entreprise et rédiger votre thèse directement dans l'entreprise.

Conseil n°4 : trouver la bonne entreprise pour entrer dans l'industrie automobile

Ce marché est hétérogène, ceux qui veulent y entrer choisissent généralement de travailler pour des fabricants ou des fournisseurs. Par exemple des fabricants qui produisent des véhicules à moteur, des remorques et des conteneurs, ainsi que des pièces et des accessoires pour véhicules.

Les fournisseurs proviennent, par exemple, des industries du textile, de l'électronique et de la chimie, ainsi que de la construction mécanique et de la métallurgie.

Les prestataires de services de l'industrie automobile comprennent les prestataires de services d'ingénierie, les sociétés de conseil en gestion, les transitaires et les sociétés de transport.

Les principaux clients sont les concessionnaires, les garages, les stations-service, les locations de voitures et le secteur du taxi.

Conseil n°5 : s'adresser aux fabricants ou aux fournisseurs ?

De nombreux candidats se mettent inutilement sous pression avec cette question. Rejoindre un constructeur automobile semble être associé à plus de prestige parmi les jeunes talents que rejoindre un fournisseur, mais plutôt pour des raisons émotionnelles que rationnelles. La plupart des managers de l'industrie automobile, en revanche, ont travaillé à la fois pour des constructeurs et des fournisseurs de systèmes et recommandent d'acquérir de l'expérience avec les deux.

Outre les entreprises, les prestataires de services d'ingénierie offrent également des perspectives intéressantes pour démarrer une carrière. Les jeunes ingénieurs peuvent acquérir une expérience auprès de plusieurs constructeurs automobiles en peu de temps.

Une chose est sûre : le lieu en Allemagne où vous commencez votre carrière dans l'automobile n'est pas déterminant pour vos perspectives d'embauche ou de promotions ultérieures. En fin de compte, ça n'a pas d'importance. Il est plus important de commencer par des stages le plus tôt possible.

Conseil n°6 : viser les fabricants et fournisseurs qui sont des employeurs potentiels

Selon Statista, ces constructeurs automobiles en Allemagne détiennent les parts de marché les plus importantes dans l'UE :

Voici également la liste des 10 plus grands fournisseurs et automobiles en Allemagne, qui génèrent le plus de ventes :





4. La candidature parfaite pour travailler dans l'industrie automobile en Allemagne

Lorsque vous postulez à un job dans l'industrie automobile allemande, ce n'est pas seulement le diplôme qui compte, mais aussi l'expérience pratique. Outre de solides qualifications professionnelles, la pratique est un critère très important en Allemagne.

L'idéal est donc de postuler pour un stage ou un poste d'étudiant stagiaire (Werkstudent) dans l'entreprise que vous souhaitez rejoindre plus tard, et pendant vos études si vous êtes ingénieur. L'expérience acquise auprès d'autres employeurs du même secteur est également bien accueillie.

"Vous devez vous identifier aux valeurs de l'entreprise et insister sur cet aspect dans votre lettre de motivation et en entretien."


Jlecot

Jérôme Lecot
CEO Cabinet de recrutement franco-allemand
Eurojob-Consulting

Pour de nombreux recruteurs en Allemagne, il est très important que vous conveniez à l'entreprise. Les candidats doivent avoir les compétences professionnelles et personnelles requises pour le poste en question. Les entreprises recherchent également des "bons potentiels" voire des talents. Cela signifie que les candidats doivent s'identifier aux valeurs de l'entreprise.

Vous devez donc insister sur cet aspect dans votre lettre de motivation et votre entretien d'embauche.





5. Les salaires dans l'industrie automobile en Allemagne

À titre d'exemple, un ingénieur débutant dans l'industrie automobile gagnera en moyenne 48 200 euros bruts par an. Votre salaire dépendra de votre domaine de travail, de votre diplôme, de la taille de l'entreprise et du Bundesland.

Faites-vous conseiller par rapport à la hauteur nécessaire de votre salaire brut en Allemagne afin que, dans l'idéal, vous ne soyez pas perdant comparé à votre situation précédente.

De bonnes perspectives salariales pour les débutants

Selon le StepStone Salary Report 2021, les employés de premier échelon reçoivent en moyenne un peu moins de 49 000 euros brut annuel par an, ce qui les place en tête de liste des ingénieurs. Ce n'est que dans l'industrie chimique qu'il y a plus à gagner, avec un salaire moyen d'environ 52 500 euros.

Mais il existe également des différences au sein de l'industrie automobile. Les ingénieurs travaillant dans la production gagnent le plus, avec en moyenne environ 53 000 euros par an. Les ingénieurs en gestion de projet suivent en deuxième position avec 50 800 euros. Les ingénieurs de la construction arrivent en queue de peloton et reçoivent une rémunération initiale moyenne d'environ 46 500 euros.

Bien entendu, votre salaire de départ concret dans l'industrie automobile dépend de divers facteurs : par exemple, les ingénieurs titulaires d'un doctorat gagnent beaucoup plus que ceux qui sont titulaires d'une licence ou d'une maîtrise. Et la taille de l'entreprise joue également un rôle. Le salaire annuel moyen d'une entreprise de plus de 1 000 employés est supérieur d'environ 8 000 euros à celui d'une entreprise de moins de 100 employés.

Il n'est donc pas étonnant que les grands employeurs soient particulièrement convoités. Donc, si vous voulez vous lancer ici, vous devez bien vous préparer :

  • choisissez un programme d'études approprié,
  • obtenez un bon diplôme
  • et acquérez rapidement une expérience pratique.

Les compétences qui paient dans le secteur

Le salaire moyen dans l'industrie de la construction et des fournisseurs de véhicules est d'environ 68 800 euros bruts par an, ce qui en fait l'une des trois industries les mieux rémunérées, derrière les secteurs bancaire et pharmaceutique.

Selon le Salary Report 2021, un diplôme dans les domaines du droit, de l'informatique, de l'ingénierie ou des sciences naturelles fait grimper les salaires. Mais même sans diplôme universitaire, le salaire reste correct.

Ceux qui peuvent également se prévaloir de connaissances dans les domaines de l'IT (développement de logiciels) et de la durabilité ont les meilleures chances.

Les spécialistes de l'électrochimie, de l'électrotechnique et des technologies énergétiques ont également de belles perspectives : ils développent des batteries et de nombreuses fonctions techniques des véhicules. Les emplois dans les fonctions traditionnelles de gestion sont également prometteurs pour l'avenir.

Alors que les informaticiens et les mathématiciens gagnent en moyenne 77 600 euros par an, les ingénieurs ne touchent pas beaucoup moins, soit 76 400 euros. Les salaires les plus élevés, cependant, sont ceux des responsables des départements des finances, des ventes, du marketing ou des ressources humaines. Ici, les employés titulaires d'un diplôme en droit ont atteint un salaire moyen de 99 700 euros (en 2020).

Le salaire que les employés peuvent atteindre dépend non seulement de leur niveau d'expérience, mais aussi des primes annuelles versées par les entreprises. En outre, il existe des différences régionales : dans les endroits où se trouvent les sites de production de constructeurs automobiles réputés, les employés gagnent mieux leur vie, par exemple à Rüsselsheim ou à Sindelfingen. Les états du Sud, le Bade-Wurtemberg et la Bavière, sont traditionnellement des Bundesländer de l'automobile.

La transition électrique et les nouvelles mobilités, une vague de fond

La mobilité électrique, à batterie aujourd'hui, à hydrogène demain, amorce la pompe de la mobilité propre. C'est un vecteur indispensable de la réduction des émissions de gaz à effet de serre, dont un bon tiers sont générées par les transports. Ces évolutions vont de pair avec une prise de conscience écologique durable au sein de nos sociétés.

Elle s'accompagne d'un changement de mentalité, en particulier chez les jeunes consommateurs, sur la possession de l'automobile. Pour eux, les réseaux sociaux et les équipements, des téléphones de troisième génération aux tablettes, sont plus importants. Le succès croissant du car-sharing, sous toutes ses formes, invite la filière à réfléchir.

Avec ses contraintes techniques (chargement, autonomie), l'essor de la voiture électrique nous amène à repenser le périmètre de nos déplacements et à une partie de nos infrastructures. Les villes d'abord, mais à terme tous les territoires, vont devoir s'adapter à ces nouveaux besoins. Un aspect que doivent prendre en compte les processus de transition énergétique en cours de part et d'autre du Rhin, pour qu'un habitacle posé sur quatre roues reste fidèle à son impératif de liberté.

Les constructeurs ont aussi levé le voile sur les solutions d'après-demain. L'utilisation des technologies réseau pour fluidifier et sécuriser les déplacements devrait révolutionner l'automobile, autant que le changement de mode de propulsion. Avec, au bout du chemin, l'innovation ultime qui, déjà, se profile : la voiture sans chauffeur.

Les constructeurs ont passé la vitesse supérieure pour les nouvelles formes de mobilité automobile. L'électrique et l'hybride en tête sont désormais mûrs pour les marchés de masse et doivent peu à peu prendre le relais du simple moteur à explosion.

Cette vague est devenue une lame de fond. Le défi pour les firmes pionnières du secteur, n'est pas seulement de rester à flot. Elles doivent s'attacher à devancer les attentes. Il en va de la défense de leur pré carré, face aux appétits d'acteurs extérieurs comme Tesla et autres acteurs chinois.





6. Les défis futurs de l'emploi dans le secteur automobile et sa place dans le franco-allemand

Une étude publiée en 2021 en Allemagne a estimé que le passage vers la voiture électrique va faire perdre à l'industrie automobile construisant principalement des moteurs thermiques, à ses constructeurs et sous-traitants allemands, plus d'un tiers de ses effectifs d'ici 2030.

L'électromobilité va créer une baisse de la production des moteurs thermiques. Les nombreux emplois qui vont être supprimés dans ce cadre ne vont pas être compensés par les nombreux départs à la retraite. Il faudra donc mettre en œuvre de nombreux efforts de reconversion et de formation pour compenser cette baisse.

On compte 613.000 emplois liés directement ou indirectement à la construction de voitures à essence ou diesel en Allemagne. L'étude de l'Institut Ifo pour le compte de la fédération de l'industrie automobile allemande (Verband der Automobilindustrie e.V. / VDA) estime que jusqu'à 221.000 postes d'ici 2025 et jusqu'à 288.000 d'ici 2030 seront supprimés suite à la transition vers le véhicule électrique.

On estime le nombre de départs à la retraite dans l'automobile à 75.000 postes d'ici 2025 et deux fois plus d'ici 2030.

Les fabricants comme les sous-traitants sont confrontés à la transition vers l'électromobilité, aux lourds plans d'investissements dus aux exigences des normes antipollutions, et à l'internationalisation (trois voitures neuves sur quatre produites en Allemagne sont exportées, et plus de 60 % des voitures allemandes sont produites à l'étranger).

Les profils de candidats requis pour glisser vers les voitures électriques demandent de nouvelles compétences informatiques, numériques et la durabilité. Autre paramètre : de nouveaux lieux de production apparaissent comme avec Tesla dans le Berlin-Brandenburg.

Les performances des groupes allemands dépendent en partie de la bonne santé de nos économies. L'industrie automobile c'est 9 % des emplois en France et même 14 % en Allemagne.

Vu les enjeux, la sphère politique est encline à défendre ses champions nationaux. On a vu l'affrontement entre Allemands et Français sur les normes de rejet de CO2 pour la mobilité fossile. L'agenda franco-allemand ouvre des perspectives de coopération sur l'électromobilité entre les deux pays.

Le développement de la voiture à hydrogène offre une autre image. Si les constructeurs français restent en marge, d'autres acteurs tricolores œuvrent main dans la main avec des partenaires allemands pour faire naître un nouveau secteur.

En savoir plus :