L’économie allemande redémarre, alimentée par la consommation

CIDAL Economie allemande redémarreLe marasme du début de l'année s'estompe. Au plus haut depuis près de six ans, le moral des consommateurs allemands stimule la demande intérieure. Celle-ci nourrit la reprise de l'activité.

Bonnes perspectives

Selon l'institut DIW, « l'industrie accroît déjà sensiblement sa production depuis février ». Au deuxième trimestre, le produit intérieur brut (PIB) allemand aurait ainsi augmenté de 0,5 % par rapport aux trois premiers mois de l'année.

L'institut Ifo, qui publie chaque mois le principal baromètre de l'économie allemande, estime que cette croissance va s'accélérer. Pour 2013, l'Ifo table sur un taux de croissance de 0,6 % (avec, toutefois, une marge d'incertitude de 0 à 1,2 %).

« Les perspectives sont également favorables pour 2014 à condition que la crise de l'euro ne s'enflamme pas à nouveau », ajoute-t-il. La croissance pourrait atteindre alors 1,9 %.

Les ménages confiants

À l'heure où la crise économique en zone euro réduit les débouchés, cette vigueur retrouvée s'explique en grande partie par le dynamisme de la consommation des ménages allemands. L'indice GfK du climat à la consommation vient de grimper, pour juillet, de 6,5 à 6,8 %. Il atteint ainsi son plus haut niveau depuis septembre 2007.

Cette propension des ménages à consommer a plusieurs raisons. Le chômage est au plus bas. Les récents accords salariaux ont été généreux. Bref, les ménages ont plus d'argent dans leur poche, et ils sont confiants en ce qui concerne leurs futures rentrées d'argent. Enfin, la faiblesse des taux d'intérêt à long terme incite les ménages à l'achat de biens immobiliers.

Chômage en baisse au mois de juin

Ce ne sont pas les derniers chiffres du chômage qui devraient les dissuader. En juin, le nombre de demandeurs d'emploi s'est rétracté de 72 000 pour s'établir à 2,865 millions. Le taux de chômage, en baisse de 0,2 point, atteint 6,6 %.

L'Allemagne compte 56 000 demandeurs d'emploi de moins qu'il y a un an, et devrait, selon les spécialistes, continuer à créer des emplois. « Le deuxième semestre sera meilleur », a déclaré jeudi le président de l'Agence fédérale pour l'emploi, Frank-Jürgen Weise. Les experts s'attendent notamment à voir les entreprises investir à nouveau davantage.

Les jeunes comptent parmi les bénéficiaires de cette évolution. « Grâce au renforcement de la flexibilité du marché du travail, les obstacles à l'entrée des jeunes sur le marché du travail sont plus faibles que dans d'autres pays », a souligné M. Weise.

© CIDAL