L'Allemagne, 3e pays le plus prisé par les étudiants étrangers

CIDAL Allemagne 3e pays pour étudiants étrangersEn Allemagne, le monde étudiant se place décidément sous le signe de la mobilité, du voyage et de la découverte d'autrui. Qu'il s'agisse d'étudiants étrangers choisissant de venir faire tout ou partie de leur cursus au pays de Goethe, ou bien des jeunes Allemands eux-mêmes qui mettent le cap sur l'étranger pour y passer leurs diplômes, jamais cet esprit d'échange et d'ouverture n'a autant prévalu qu'aujourd'hui.

C'est ce qui ressort clairement d'une étude présentée ce 7 janvier à la fois par le ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche (BMBF), l'Observatoire de l'enseignement supérieur (HIS) et le Centre allemand des œuvres universitaires (DSW).

Intitulée "Internationalisation des études" et menée auprès de quelques 16 000 étudiants au cours de l'été 2009, cette enquête met en avant des chiffres éloquents : ainsi, entre 2000 et 2008, le nombre d'étudiants allemands ayant décidé de partir à l'étranger pour y suivre une formation supérieure a quasiment doublé, passant de 52 200 à 102 800 ! Il n'y a guère qu'en Chine, en Inde et en Corée du Sud que les étudiants sont encore plus nombreux à se rendre à l'étranger pour y faire leurs études... Il faut dire que les jeunes Allemands sont fondamentalement plus mobiles que leurs camarades des pays industrialisés - et particulièrement les jeunes Allemandes, très motivées par une expérience de ce type à l'étranger. Mais, d'une façon générale, du bachelier au doctorant, ce sont tous les types d'étudiants allemands qui en éprouvent le désir.

Espagne, France et Grande-Bretagne : tel est le palmarès de leurs destinations les plus prisées. Lorsqu'il est question d'un stage en entreprise à réaliser dans le cadre des études, les États-Unis, la Grande-Bretagne et, à nouveau, la France emportent leur préférence. Une fois arrivés à destination, plus de la moitié des étudiants allemands exercent des petits boulots afin de se prendre en charge financièrement. Ce qui n'empêche pas que 60 % d'entre eux aient droit à une bourse d'études, et que 30 % puissent bénéficier de l'Auslands-BAföG, une aide financière spécifiquement destinée à encourager les jeunes à partir étudier à l'étranger, que le ministère fédéral de l'Éducation et de la Recherche est bien décidé à renforcer encore. "Une telle enquête ne peut que nous y inciter", a déclaré la ministre fédérale Annette Schavan.

Or, si les jeunes Allemands aiment de plus en plus profiter de la période de leurs études pour s'envoler vers l'étranger, l'Allemagne, de son côté, semble de plus en plus attractive pour la jeunesse internationale : alors que le nombre d'étudiants étrangers choisissant de venir y suivre une formation supérieure était de 100 033 en 1997, ce chiffre est monté à 245 522 en 2008. Là encore, l'enthousiasme est éclatant ! Tant et si bien que le pays occupe aujourd'hui la 3e place, après les États-Unis et la Grande-Bretagne, dans le hit-parade des destinations les plus prisées. "Ce qui, pour un pays exportateur comme le nôtre, est particulièrement important", a souligné Annette Schavan : "Même lorsqu'ils rentreront chez eux, une fois leurs études en Allemagne terminées, ces étudiants garderont le plus souvent un lien étroit avec notre pays." Et d'ajouter : "Ce qui n'empêche pas que nous devions tout faire pour donner à ces jeunes la chance de rester en Allemagne pour y exercer leur profession, une fois leur diplôme en poche, et ainsi apporter leur savoir-faire au pays."

Voir l'article original sur le site du CIDAL : 3e pays le plus prisé par les étudiants étrangers, l'Allemagne se distingue aussi par la mobilité de sa propre jeunesse

© www.cidal.diplo.de