Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

Le Pôle Emploi et la Bundesagentur für Arbeit facilitent la mobilité transfrontalière France-Allemagne

22 septembre 2016

Avec un taux de chômage très bas (4%), la région du Bade-Wurtemberg est un Eldorado pour ses voisins Alsaciens, embourbés dans un marché du travail en crise (10% de chômage en 2016). Début 2016, une coopération accrue entre Pôle Emploi et son équivalent en Allemagne, la Bundesagentur für Arbeit, a été mise en place par la ministre du Travail Myriam El Khomri et son homologue allemande, Andrea Nahles. Une collaboration qui a pour mission de faciliter la mobilité entre la France et l'Allemagne, dans une région toutefois encore très restreinte.

La mission des quatre agences frontalières de Pôle Emploi et son équivalent en Allemagne

Vous êtes travailleur ou employeur frontalier ? Quatre services de placement sont à votre disposition depuis 2013 :

Dans chaque agence transfrontalière, les conseillers de Pôle Emploi et de la Bundesagentur für Arbeit travaillent main dans la main pour permettre le placement de travailleurs frontaliers dans les deux pays. La mission de ces agences s'appuie sur plusieurs services :

  • informer les demandeurs d'emploi sur l'état du marché du travail dans la région frontalière où ils souhaitent postuler
  • inscrire les demandeurs d'emploi à la fois auprès de Pôle Emploi et à la Bundesagentur für Arbeit, ce qui évite une double démarche fastidieuse
  • accompagner de manière personnalisée les candidats dans leurs recherche d'emploi, depuis la constitution du dossier jusqu'à la signature du contrat.

Des résultats positifs...

En réalité, les échanges actifs entre Pôle Emploi et la Bundesagentur ne datent pas d'hier, puisque la première agence transfrontalière a été ouverte dans la petite ville de Kehl en février 2013 par la volonté conjointe d'Ursula von der Leyen, alors ministre du travail en Allemagne et Michel Sapin, son homologue français. Si les balbutiements de l'agence franco-allemande de Kehl n'ont pas été sans couacs, aujourd'hui, les résultats des différentes agences de placement transfrontalières sont positifs. En 2014, un an seulement après l'ouverture de l'agence de Strasbourg-Ortenau (située à Kehl), 200 candidats français sur les 600 inscrits ont trouvé un emploi en Allemagne. L'agence transfrontalière peut également se vanter d'avoir su attirer l'attention des employeurs, avec plus de 3000 offres d'emploi publiées.

...mais encore limités

Si, de toute évidence, ces coopérations sont un modèle de collaboration internationale, elles ne sont pour l'instant mises en place qu'à un niveau régional. Elles ne permettent pas à un Français de postuler dans toute l'Allemagne, ce qui limite évidemment ses chances de trouver un emploi.

Par ailleurs, le candidat doit toujours effectuer lui-même un grand nombre de démarches administratives fastidieuses, comme la reconnaissance de son diplôme ou la valorisation des périodes de formation professionnelles.

Enfin, le pré-requis indispensable est, bien entendu, une bonne maîtrise de la langue du pays dans lequel on postule. Pour augmenter ses chances de trouver du travail, un Français frontalier devra donc apprendre l'allemand.

Car, au vu de la situation actuelle du marché du travail dans les régions frontalières situées en France, il est bien rare que les Allemands postulent pour trouver un emploi de l'autre côté du Rhin, comme le rappelle Jürgen Beckerq, directeur de l'agence Pôle Emploi de Sarreguemines : "La plupart des offres sont en Allemagne et la demande en France".