L’Allemagne facilite l’immigration des étrangers qualifiés

Allemagne facilite l’immigration des étrangers qualifiésPour pouvoir faire face aux défis économiques futurs, les entreprises allemandes cherchent de plus en plus à recruter une main d'œuvre étrangère qualifiée, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur des frontières de l'UE.

S'agissant du recrutement de main d'œuvre qualifiée issue de pays extra-européens, l'Allemagne est ainsi devenue, au cours des cinq dernières années, championne incontestée dans la distribution de Blue Cards, sorte de permis de travail européen spécifique aux travailleurs immigrés qualifiés. Dans cet article, nous vous dévoilerons entre autres quelles sont les conditions d'obtention de la Blue Card et ce à quoi elle donne droit.

Pourquoi l'Allemagne ?

Le défi démographique allemand

Cela n‘est plus un secret pour personne, l‘Allemagne et l‘Europe en général doivent faire face au défi démographique que lui pose le vieillissement de sa population. En ce qui concerne l'Allemagne, s‘ajoute au problème un taux de natalité parmi les plus faibles du monde, dû notamment à une politique familiale indigente, qui rend beaucoup plus difficile l‘accès des femmes au marché du travail. On estime ainsi que d'ici à 2025, l'Allemagne aura besoin de 6 millions de travailleurs étrangers pour pouvoir payer les retraites des baby boomers qui partiront alors à la retraite.

La bonne santé économique de l'Allemagne

L'Allemagne a mieux résisté que ses voisins continentaux à la crise économique. Avec son taux de chômage relativement faible et son taux de croissance qui demeure au beau fixe, elle attire en masse les jeunes diplômés européens faisant volontiers usage de leur liberté de circulation. En effet, il convient de rappeler que la grande majorité des immigrants en Allemagne sont des citoyens de l'UE (soit 60% de l'immigration totale).

La bonne santé économique de l’Allemagne

Afin de combler son déficit en main d'œuvre qualifiée, l'Allemagne doit néanmoins faire appel, en sus, à des travailleurs qualifiés extra-européens. Ainsi, pas moins de 87% des Blue Cards européennes délivrées depuis l'introduction du système en 2012 l'ont été sur décision des autorités allemandes. Les principaux bénéficiaires en sont les ressortissants des pays du BRIC, aux premiers rangs desquels, les indiens, les chinois et les russes.

Politique de formation et exigences du marché du travail

Une dernière explication qui permet de comprendre le déficit en main d'œuvre qualifiée auquel se voit actuellement confrontée l‘Allemagne est l‘inadéquation persistante entre politique de formation et besoins réels du marché du travail. L'économie allemande, pour pouvoir fonctionner, va avoir de plus en plus besoin de travailleurs qualifiés, qu'ils soient universitaires (Akademiker) ou ouvriers spécialisés (Facharbeiter), mais dans des domaines d'activité et dans des zones géographiques spécifiquement définies. C'est la raison pour laquelle, l'Allemagne a établi une liste de métiers en pénurie (Mangelberufe) dont les besoins ont été chiffrés selon chaque Bundesland. Pour ces métiers, dont nous vous donnons une liste non-exhaustive ci-dessous, les conditions d'obtention de la Blue Card ont donc été considérablement assouplies.

Qu'est-ce que la Blue Card ?

Blue Card

Source : Opihuck (talk) - Bundesgesetzblatt 2012, I S. 1230, Gemeinfrei

Une mesure européenne d'immigration choisie

A l'origine de la Blue Card se trouve une directive de la Commission Européenne datant de 2009 (2009 / 50 / EG), visant à harmoniser entre les pays de l'UE (à l'exception du Royaume Uni, du Danemark et de l'Irlande) les conditions d'obtention d'un permis de travail et de séjour pour les travailleurs immigrés qualifiés issus de pays extra-européens.

Le terme Blue Card fait évidemment référence à la célèbre Green Card nord-américaine, la couleur bleue évoquant le drapeau étoilé européen. Néanmoins, la Blue Card diffère largement de la Green Card ne serait-ce que parce que ses conditions d'attribution, conditions de revenus et de qualification notamment, sont strictement définies, tandis qu'aujourd'hui encore, la Green Card est délivrée par tirage au sort.

Enfin, il convient de ne pas confondre l'immigration économique que la Blue Card se propose de simplifier pour les travailleurs qualifiés, avec l'immigration pour motifs politiques (cas des demandeurs d‘asile) ou familiaux (cas du regroupement familial). Les immigrés éligibles à l'obtention d'une Blue Card sont en effet choisis en fonction de leur rentabilité économique, c'est à dire des capitaux qu'ils apportent à l'économie européenne et des postes de travail qu'ils sont en mesure de combler, à l'exclusion de tout autre considération.

Les conditions de délivrance

Reconnaissance de diplôme

Pour obtenir une Blue Card auprès des autorités allemandes, il vous faut être détenteur d‘un diplôme de troisième cycle qui soit reconnu en Allemagne. Pour cela, il vous faudra procéder à une reconnaissance de votre diplôme (Anerkennungsverfahren), sachant que cette procédure peut durer jusqu‘à 3 mois maximum.

On notera que les dépôts de dossier sont en augmentation constante. A titre d‘exemple, en 2014, 44.000 demande de reconnaissance de diplôme ont été déposés, dont 20.000 ont été acceptées. Ces chiffres correspondent à une augmentation de 20 % par rapport à 2013.
L‘Allemagne a également a mis en place un réseau d'associations - Netzwerk IQ : Integration durch Qualifizierung - à même de vous aider dans vos démarches administratives depuis l'étranger.

Contrat de travail et conditions de rémunération

Une fois obtenue votre reconnaissance de diplôme, il vous faudra également pouvoir vous prévaloir d‘un contrat de travail avec un salaire annuel supérieur à 50.800€, soit 4.234€ par mois, ou supérieur à 39.624€, soit 3.302€ par mois, si le métier que vous exercez est un métier en pénurie de main d'oeuvre (Mangelberuf) tel que définit dans une liste spéciale dont vous trouverez un échantillon ci-dessous.

Enfin, notez que si pour les salaires supérieurs à 50.800€ l'obtention de la Blue Card ne devrait pas poser de problème, par contre, pour les salaires situés entre 39.624€ et 50.800€ (qui ne sont pas des métiers en pénurie de main d'oeuvre) un examen de primauté sera mené, c'est à dire que si un allemand ou un européen peut faire le job à votre place, vous n'obtiendrez pas de Blue Card (préférence nationale ou communautaire).

Les droits attenants à l'obtention de la Blue Card

  • La Blue Card est valable pour 4 ans maximum. Si vous obtenez un CDD (befristetes Arbeitsverhältnis) la Blue Card est valable pour la durée de votre CDD à laquelle on ajoute quatre mois.
  • Vous avez droit à demander un titre de séjour permanent après 33 mois de résidence dans le pays. La durée de séjour exigée est ramenée à seulement 22 mois si vous pouvez prouver que vous avez au moins un niveau B1 en Allemand - voir la loi relative aux autorisations de séjour (AufenthG § 19a).
  • Le conjoint du détenteur de la Blue Card peut résider en Allemagne sans devoir travailler et sans devoir justifier de connaissances linguistiques en Allemand.
  • Après 18 mois, les détenteurs de la Blue Card sont libres de migrer vers d'autres pays de l'UE.
  • Le droit à la formation professionnelle et à l'aide sociale (RSA, Hartz IV, etc.) n'est pas reconnu aux détenteurs de la Blue Card.

Les métiers concernés

Depuis le 1er juillet 2013 avec l'introduction de la Beschäftigungsverordnung (BeschV) une liste positive (Positivliste) des métiers souffrant d'une pénurie de main d'œuvre classés par Bundesland a été établie. Pour ces métiers, les conditions de revenus exigés ont été considérablement revus à la baisse (39.624€ au lieu de 50.800€).

Les métiers concernés en Allemagne

Les métiers en pénurie de main d'oeuvre pour les personnes diplômées de l'enseignement supérieur (Mangelberufe für Akademiker) concernent surtout les métiers relevant des secteurs dits MINT (mathématique, informatique, sciences naturelles et technologie). L‘économie allemande recrute ainsi en priorité des :

  • Ingénieurs
  • Informaticiens
  • Biologistes
  • Physiciens
  • Mathématiciens
  • Médecins

Il existe également une liste pour les métiers moins qualifiés. Les métiers en pénurie de main d'oeuvre pour les ouvriers spécialisés (Mangelberufe für Facharbeiter) concernent surtout les techniciens, les artisans, le personnel soignant, etc. Pour ces derniers, d'autres conditions de formation et de revenus sont d'application en vue de l'obtention de la Blue Card.

Les défis de l'intégration du marché du travail

Au niveau européen

La directive européenne de 2009 a été introduite en France via la « Loi du 16 juin 2011 relative à l'immigration, à l'intégration et à la nationalité » et en Allemagne, depuis le 1er août 2012 via la Gesetz zur Umsetzung der Hochqualifizierten-Richtlinie der Europäischen Union.

Néanmoins, l'harmonisation européenne est loin d‘être parfaite concernant les conditions d‘obtention de la Blue Card. Ainsi, si l'Allemagne a renoncé à exiger des connaissances suffisantes en langue allemande pour pouvoir déposer son dossier, ce qui devrait lui permettre de mieux concurrencer les pays anglo-saxons, souvent considéré comme plus attractif par la main d'œuvre qualifiée mondiale du fait de la prééminence de l'Anglais, il n'en va pas de même pour la France, qui exige encore des connaissances en français en vue de l'obtention de la Blue Card.

Au niveau national

Selon la Chambre de commerce et d'industrie allemande (Deutscher Industrie- und Handelskammertag) une entreprise allemande sur cinq (une sur quatre dans le sud) cherche à recruter à l'étranger. Ce besoin de main d'œuvre qualifiée concerne surtout les PME qui font la vitalité de l'économie allemande. En effet, les gros Konzern n'éprouvent aucune difficulté pour recruter de la main d'œuvre étrangère puisqu‘ils sont déjà bien implantés à l‘étranger.

Aussi, si une ville comme Berlin peut paraître très attractive du fait de son caractère international, sachant qu'il est certainement plus simple de s'intégrer à une grande ville multiculturelle, c‘est néanmoins dans les petites PME des petites villes de Bavière ou de Baden-Württemberg que le besoin en main d'œuvre étrangère est le plus pressant.

Les défis de l’intégration du marché du travail en Allemagne

En conclusion donc, on retiendra qu'avec la libéralisation des conditions d'obtention de la Blue Card (baisse du niveau de salaire exigé, abandon du prérequis concernant les connaissances en langue allemande, etc.) l'Allemagne, pays traditionnellement perçu comme pas franchement favorable à l'immigration, est parvenue à réaliser un changement d'image radical et à attirer la main d'œuvre qualifiée dont son économie avait besoin. Depuis 2013, le pays figure ainsi au deuxième rang des destinations de l'émigration mondiale, juste derrière les États-Unis.