Connexion-Emploi

Le site emploi franco-allemand

La recherche d'offres de petits boulot en Allemagne

C'est l'été ! Saison reposante pour certains, laborieuse pour d'autres. En Allemagne comme en France, les jeunes sont nombreux à travailler pendant les vacances, histoire d'enrichir leur C.V. tout en garnissant leur portefeuille. Cette pratique est répandue tout au long de l'année outre-Rhin. Les jeunes Allemands ont souvent un petit boulot dès le lycée, et la plupart d'entre eux durant leurs études. Les adolescents font leurs premières armes en distribuant des journaux ou en faisant du baby-sitting. Leurs aînés sont serveurs, livreurs de pizza, réceptionnistes...

Leurs motivations sont multiples. Les lycéens veulent s'offrir des vêtements, des smartphones, des vacances ou des sorties. Les mieux rémunérés financent leur permis de conduire ou achètent une voiture, garante d'une certaine indépendance. De manière générale, tous ont envie de voler de leurs propres ailes.

22 % des adolescents, 65 % des étudiants

22 % des moins de 17 ans travaillent régulièrement, et 20 % occasionnellement, affirme Christiane Reimann, de l'Institut de recherche sur la jeunesse du groupe Roland Berger. Ce pourcentage augmente avec les années : les petits boulots concerneraient environ 15 % des jeunes de 14 ans, mais plus de la moitié des élèves de Terminale.

Cette pratique est tellement répandue dans les écoles allemandes que certains professeurs tirent la sonnette d'alarme, inquiets à l'idée que les élèves accordent davantage d'attention à leur job qu'à leurs études. Cependant, ces activités d'appoint permettent non seulement de mettre un peu d'argent de côté, mais aussi d'acquérir de l'expérience professionnelle, répliquent les principaux intéressés.

Quant aux étudiants, ils peuvent travailler au maximum 20 heures par semaine et 26 semaines par an, auxquelles s'ajoutent 50 jours par an pendant les vacances. En été, ils sont nombreux à devenir provisoirement maîtres-nageurs, moniteurs de colonies de vacances ou vendeurs de glaces.

Le phénomène prend encore plus d'ampleur à l'université. Ainsi, les deux tiers des étudiants exercent une activité rémunérée pendant leurs études, indique l'association Alma Mater. Là encore, la proportion augmente avec l'âge, précise le Deutsches Studentenwerk, l'équivalent allemand du CROUS.

Une pratique strictement encadrée

Ces activités ne doivent toutefois pas empiéter sur les études. Selon le Code allemand du travail, les adolescents scolarisés sont autorisés à travailler dès l'âge de 15 ans, à condition de respecter des dispositions assez strictes en termes de calendrier et d'horaires. Si les parents l'autorisent, ils peuvent même commencer à 13 ans, par exemple pour garder des enfants ou donner des cours de soutien. Mais les métiers pénibles sont interdits, notamment le travail à la chaîne.

© CIDAL