Les entreprises allemandes peinent à trouver de la main-d'œuvre

CIDAL Main-doeuvre en AllemagneIngénieurs, commerciaux, informaticiens, maîtres artisans, professionnels de l'hôtellerie et de la restauration : à l'heure où les générations du "baby-boom" commencent à partir à la retraite, les entreprises allemandes éprouvent des difficultés croissantes à recruter. Selon un sondage mené auprès de 1 600 entreprises par l'Association des Chambres de commerce et d'industrie allemandes (DIHK), 70 % d'entre elles disent avoir du mal à trouver de la main-d'œuvre.

Ce n'est toutefois qu'un début : la situation devrait s'aggraver avec la reprise économique et l'accélération des départs à la retraite.

La pénurie de main-d'œuvre qualifiée est en train de "devenir un défi majeur pour les entreprises et les responsables politiques", souligne Hans Heinrich Driftmann, président de la DIHK. Une entreprise allemande sur cinq rencontre d'ores et déjà des difficultés globales pour pourvoir des postes vacants. Une sur deux a des difficultés à recruter sur des postes ciblés. Et peu espèrent une amélioration. 49 % des sondés s'attendent à ce que leur entreprise manque de salariés très qualifiés dans les cinq années à venir, 43 % à ce qu'elle manque de main-d'œuvre toutes catégories professionnelles confondues.

Le phénomène n'est pas nouveau. Il y a plusieurs années que l'Allemagne manque d'ingénieurs et de diplômés en sciences. La première nation industrielle d'Europe ne forme que 35 ingénieurs pour mille ingénieurs en activité, contre 73 en France et 147 en Italie, a constaté une étude de l'institut IW.

Tous les secteurs concernés

La nouveauté réside en ce que la pénurie touche désormais tous les secteurs et tous les types de qualifications. Selon la DIHK, 57% des entreprises confessent des difficultés à trouver des commerciaux et des maîtres artisans. 52 % peinent à trouver des diplômés de licence ou d'IUT. 51 % ont du mal à dénicher des jeunes issus de filières d'apprentissage. 50 % aimeraient embaucher plus de diplômés de Master ou de l'université. Seuls les postes sans qualification ne sont pas touchés par la pénurie.

Aucune branche, ni aucune région n'échappe au problème. Le secteur des services est celui qui rencontre le plus de difficultés à recruter (72 % des entreprises). Mais l'industrie et la construction (70 %) ainsi que le commerce (65 %) ne sont pas en reste. Moins habituées à recruter, les PME souffrent plus que les grandes entreprises. Du point de vue géographique, les tensions se concentrent particulièrement dans l'est, où une entreprise sur quatre peine à recruter. Mais ni le nord (20 %), ni le sud (19 %), ni l'ouest du pays (18 %) ne sont épargnés.

Voir l'article original sur le site du CIDAL : Les entreprises allemandes peinent à trouver de la main-d'œuvre

© www.cidal.diplo.de