Votre salaire en Autriche : toutes les infos pratiques

Salaire en Autriche infos pratiquesVous envisagez de vous expatrier en Autriche? Vous avez raison. L'Autriche a plus à offrir que ses viennoiseries et ses opéras légendaires. La terre natale de Mozart est, derrière l'Allemagne, le pays d'Europe le moins touché par le chômage avec un taux de 5% de chômage seulement en 2014.

Les salaires y sont élevés : un cadre touche en moyenne 67 380 euros par an, selon le rapport de la Cour des Comptes autrichienne (Rechnungshof, 2014). Tenter sa chance à Vienne, Graz ou Linz peut donc s'avérer très fructueux... à condition de connaître les spécificités de la rémunération en Autriche et de savoir négocier son salaire !

En Autriche, on distingue le Gehalt, la rémunération d'un employé, du Lohn qui sera versé aux ouvriers et de l'indemnité d'apprentissage Lehrlingsentschädigung. Les travailleurs indépendants sont appelés freie Dienstnehmer et touchent des Honorare.

Comment sera calculé mon salaire ?

  • Comme en France, votre rémunération dépendra du poste occupé, du secteur dans lequel vous travaillez et des conventions collectives. Avec une petite différence toutefois : certains employeurs autrichiens mettent également en place une convention d'entreprise. Il s'agit d'un accord avec le comité d'entreprise afin de réguler les salaires et le droit du travail d'une entreprise spécifique.
  • Votre rémunération comptera normalement quatorze salaires par an : douze mois de salaire, un treizième mois au mois de décembre et un quatorzième mois pendant les congés d'été.

A quels impôts dois-je m'attendre ?

  • Comme en Allemagne, l'Autriche procède à un prélèvement à la source sur les revenus des salariés. La rémunération brute est mentionnée au bas de votre feuille de salaire ainsi que la rémunération nette, sur laquelle vous n'avez plus à déclarer d'impôts. Vos cotisations (retraite, sécurité sociale) sont déjà déduites de votre salaire net.
  • Les travailleurs indépendants devront payer leur impôt chaque année en remettant au Finanzamt (Hôtel des Impôts) une déclaration d'impôts qui se fait généralement avec l'aide d'un conseiller fiscal (Steuerberater). Les salariés peuvent également déposer une déclaration d'impôts si des frais professionnels élevés ont été engagés : dans ce cas, il est possible que l'administration fiscale reverse une partie de l'impôt retenu à la source.
  • Afin de savoir de combien d'argent vous disposerez à la fin du mois, vous pouvez utiliser un calculateur d'impôts en ligne à l'utilisation extrêmement simple. Naturellement, seul le Finanzamt peut délivrer des informations absolument exactes quant à votre impôt - utilisez donc ce calculateur avec précaution.

A quoi ressemblera ma feuille de salaire ?

  1. Vos revenus (salaire horaire, heures supplémentaires, frais journaliers, primes...)
  2. Les cotisations (part employeur, sécurité sociale, retraite...)
  3. Divers (abattements par exemple pour un parent seul, déductions d'impôts sur certaines parties du salaires...)

En bas de votre feuille de salaire figure votre salaire brut suivi du salaire net.

Comment négocier mon salaire de départ ?

  • La plupart des entreprises autrichiennes annoncent le salaire de départ dans l'annonce d'offre d'emploi. Vérifiez si ce salaire est bien au moins équivalent au salaire minimum indiqué dans la convention collective.
  • Négocier son salaire, c'est se vendre. Et pour vous vendre, il va falloir... vous jeter quelques fleurs! S'il ne s'agit nullement de se faire "mousser", il est important de mettre en avant les compétences qui rendent votre candidature unique, par exemple. Un candidat qui parle mandarin peut-être un atout considérable pour une entreprise qui a ses usines en Chine. Attention : si vous n'êtes pas encore engagé dans l'entreprise, veillez à ne pas demander un salaire trop supérieur à celui proposé par l'employeur. Il sera toujours temps de négocier une augmentation si les choses se passent bien par la suite.

Comment négocier une augmentation en Autriche ?

  • Préparez minutieusement votre demande :
  1. Définissez un objectif précis : quel montant, net ET brut, souhaitez-vous désormais gagner? Vous pouvez avoir de mauvaises surprises en recevant votre feuille de paie si vous ne calculez pas vos charges avec précision.
  2. Listez les heures supplémentaires effectuées : cela peut jouer un rôle important dans la négociation.
  3. Comparez votre salaire actuel à celui de vos collègues.
  4. Demandez-vous si l'entreprise est actuellement en position de se permettre de mieux rémunérer ses salariés. Une start-up qui vient de se monter, ou encore une entreprise du textile qui vient de fermer deux usines, risquent de vous faire les gros yeux en cas de demande d'augmentation! Vérifiez la santé de votre entreprise, comme le disait la vieille publicité sur le Minitel...
  • Pendant l'entretien avec votre supérieur :
  1. D'après le site autrichien Karriere.at, vous devriez avoir au moins trois arguments principaux pour réclamer une augmentation. N'avancez pas votre argument fondamental en premier. Avancez d'abord votre deuxième argument : "j'ai gagné trois gros clients cette année et participé à l'augmentation du chiffre d'affaires à hauteur de 5%". Puis l'argument le plus faible : "j'ai une ancienneté de deux ans et je n'ai pas encore été augmenté." Enfin, votre argument le plus fort, afin qu'il marque votre interlocuteur : "l'entreprise X tente actuellement de me débaucher".
  2. Sachez faire valoir vos atouts pour l'entreprise, sans toutefois paraître vantard(e). Parlez de vos succès et de vos heures supplémentaires avec des chiffres à l'appui.
  • Si l'augmentation est refusée :
  1. Ne démissionnez pas sur un coup de tête : vous perdriez votre salaire et vos indemnités de licenciement du même coup!
  2. Sauvez la face en proposant un autre deal. Si l'employeur ne peut pas se permettre de vous augmenter pour des raisons économiques, vous pouvez demander des avantages en nature : un ordinateur portable, des actions, une voiture de fonction, un smartphone de bureau, etc. Les employeurs sont généralement ouverts à ce genre de propositions.
  3. Si l'augmentation est refusée pour des motifs que vous jugez inacceptables, mettez à jour votre CV et partez à la recherche d'un nouvel emploi, mais faites-le sans fanfare ni trompette... vous vous rendriez la vie difficile au bureau, en attendant de démarrer votre nouvelle vie au sein d'une entreprise plus à même de rémunérer vos services selon vos attentes.