Vers une meilleure reconnaissance des diplômes étrangers

CIDAL Reconnaissance diplômes étrangersFace à la menace d'une pénurie de main-d'œuvre qualifiée, le gouvernement allemand veut accélérer la reconnaissance des qualifications et diplômes acquis à l'étranger. Il s'apprête à créer un droit universel à bénéficier d'une procédure d'évaluation et de reconnaissance.

Faute de voir leurs qualifications reconnues, quelque 300.000 personnes sont sans emploi ou occupent des emplois sous-qualifiés en Allemagne. À l'heure du vieillissement, il convient d'exploiter tous les potentiels disponibles, a souligné Annette Schavan, ministre fédérale de l'Éducation et de la Recherche.

Projet de loi en décembre

Selon le projet, les diplômes acquis à l'étranger qui n'étaient pas reconnus seront examinés à l'aune des critères pédagogiques et qualitatifs valables en Allemagne. Cela permettra de s'assurer qu'ils sont bien étudiés selon des normes identiques partout sur le territoire. Toute bureaucratie inutile sera proscrite : les délais d'examen des dossiers seront limités à trois mois. Les personnes dont les diplômes ne seront pas entièrement reconnus se verront proposer une offre de formation continue.

Le projet de loi devrait être présenté dès le mois de décembre. Berlin veut aller vite car le manque de main-d'œuvre qualifiée commence à coûter cher. Le ministre allemand de l'Économie et de la Technologie, Rainer Brüderle, a estimé que la pénurie de personnel avait représenté, en 2009, un préjudice de 15 milliards d'euros pour l'économie allemande. "Il faut changer les choses", s'est-il exclamé. "Il nous faut offrir une qualification à ceux qui résident ici, reconnaître les diplômes étrangers et faire appel à l'immigration, mais de manière contrôlée", a renchéri Mme Schavan.

Voir l'article original sur le site du CIDAL : Vers une meilleure reconnaissance des diplômes étrangers

© www.cidal.diplo.de