Travailler en Allemagne : Les conseils pour survivre au choc culturel

PB Conseils pour survivre au chocOn le sait bien : rien n'est plus facile que de confirmer un cliché bien ancré. Les Allemands ne pensent strictement qu'à leur travail alors qu'en France on commence la journée avec une discussion autour de la machine à café pour passer ensuite facilement deux heures à la pause de midi, repas copieuxet un bon verre de vin inclus.


ParisBerlin_logoParisBerlin (http://www.parisberlin.fr) est le seul newsmagazine qui vous informe chaque mois sur l'actualité franco-allemande dans les domaines suivants : politique, économie, mode de vie, culture, éducation, médias.


Il suffit de comparer les rythmes de vie dans les capitales allemande et française pour contredire, si ce n'est pas renverser ces vérités prétendues.

Autant la connaissance de l'autre est un élément indispensable pour comprendre le mode de fonctionnement du monde du travail dans l'autre pays, ce sont les différences subtiles qui peuvent des fois rendre difficiles les relations professionnelles entre Français et Allemands. C'est peut-être une distinction différente entre la vie privée et le monde professionnel en France et en Allemagne qui prête le plus souvent aux malentendus.

Eviter les malentendus

Pour réussir la signature d'un contrat ou faire bonne impression envers un employeur potentiel, en France on y passe souvent par une légère conversation pour rentrer dans le vif du sujet après, alors qu'en Allemagne c'est plutôt l'inverse. Tandis que les négociations à la française peuvent sembler superficielles ou même évasives à un Allemand, la façon allemande d'aborder les enjeux de manière directe peut donner l'impression au partenaire français d'un manque de sympathie, de chaleur et même de confiance.

Après avoir franchi ce premier obstacle, il s'agit de cerner l'esprit de fonctionnement au sein d'une entreprise. Si en France on a tendance à respecter l'autorité et à contester les règles, en Allemagne on conteste l'autorité mais respecte les règles. Cela dit, en pratique : en France, c'est le chef lui-même qui prend les décisions importantes et qui laisse pourtant au personnel l'espace à l'improvisation, tandis qu'en Allemagne on ne change plus rien à une décision qui a été trouvée en communauté. Pour se faciliter l'entrée dans la vie professionnelle dans le pays voisin, il peut être pratique de se préparer à ce que certains ont vécu comme un choc culturel - par exemple dans les séminaires de la Chambre franco-allemande de Commerce et d'Industrie.

TEXTE : CORNELIUS WÜLLENKÄMPER