Reconstruction à l’Est : une réussite porteuse d’avenir

CIDAL Reconstruction EstDe la RDA à la « Powerhouse Eastern Germany » : l'est de l'Allemagne a rattrapé son retard, qu'il s'agisse du niveau de vie ou de l'activité économique et scientifique.

Vingt ans peuvent changer bien des choses. L'ancienne RDA est devenue la « Powerhouse Eastern Germany ». C'est avec ce slogan que l'Allemagne promeut avec succès les nouveaux Länder auprès des investisseurs internationaux. Les entreprises étrangères découvrent de plus en plus les atouts du site est-allemand. Les États-Unis y sont présents à eux seuls avec quelque 300 entreprises. Dont le fabricant de puces AMD, qui a investi plus de 6 milliards de dollars dans ses usines à Dresde, au beau milieu du grand centre de la microélectronique qu'est la « Silicon Saxony ». Encore un slogan illustrant bien l'ampleur des changements, non seulement pour les investisseurs, mais aussi pour les habitants de la région.

Le niveau de vie de la plupart des Allemands de l'Est et de l'Ouest s'était déjà rapproché au fil des années 1990. Qu'il s'agisse du logement, du nombre de voitures ou de l'équipement des foyers en infor matique, il n'y a plus guère de différence aujourd'hui. À l'Est, les revenus des ménages en chiffres réels atteignent entre 80 % et 85 % de ceux de l'Ouest. Certes, le taux de chômage (12,1 %) est encore presque deux fois plus élevé qu'à l'Ouest (6,6 %). Mais, dans de grands centres économiques comme Dresde, Chemnitz ou Leipzig, la densité de l'emploi est aujourd'hui plus importante que dans certaines régions ouest-allemandes. Et les infrastructures est-allemandes de transport et de télécommunication comptent parmi les plus modernes au monde. Dans ce domaine aussi, on voit bien la réussite de la reconstruction à l'Est, dont le Pacte de solidarité conclu entre la Fédération et les Länder représente le fondement économique. Avec le premier Pacte de solidarité adopté en 1993, les nouveaux Länder avaient reçu 94,5 milliards d'euros échelonnés jusqu'en 2004. Le deuxième Pacte de solidarité, datant de 2005, leur garantit 156 milliards d'euros supplémentaires jusqu'en 2019, les versements baissant régulièrement au fil des ans.

Les projets phares de la « Silicon Saxony » ne sont pas les seuls à suggérer que l'est du pays pourra progressivement s'affranchir d'un soutien financier. La « Solar Valley », située entre Halle, Dresde et Francfort-sur-l'Oder, est elle aussi bien établie. En septembre 2009, la plus grande usine de panneaux solaires d'Europe est entrée en service à Luckenwalde, dans le Brandebourg. Bitterfeld, en Saxe-Anhalt, naguère le bassin minier de la RDA, est également devenu un grand centre de l'industrie solaire. Et la firme Jenoptik, fondée en 1990 à Iéna, jouit désormais d'une réputation mondiale en matière de techniques laser et de systèmes optiques. Le pôle de compétence en microsystèmes optiques formé par le triangle reliant Iéna, Ilmenau et Erfurt, qui constitue un important réseau de recherche interdisciplinaire, est donc idéalement situé. De tels pôles sont à la base de l'innovation, et ils permettent d'espérer de nouveaux progrès dans tous les nouveaux Länder.

Voir l'article original sur le site du CIDAL : Reconstruction à l'Est : une réussite porteuse d'avenir

© www.cidal.diplo.de