Quelles questions poser au recruteur lors d’un entretien d’embauche en Allemagne ?

Questions à poser au recruteur lors d’un entretien d’embauche en Allemagne« Haben Sie noch Fragen? Unbedingt! ». Lors d'un entretien d'embauche en Allemagne, à la question de savoir si vous avez d'autres questions, ne vous avisez surtout pas de répondre par la négative. Pour les recruteurs allemands, le fait de poser des questions est en effet un signe de motivation de la part du candidat. Cela vous permettra également de créer un dialogue plus dynamique et donc un entretien plus agréable. Enfin, poser des questions vous aidera à récolter de précieuses informations au sujet de votre futur employeur.

Mais encore faut-il savoir poser les bonnes questions. C'est pourquoi, nous vous donnons dans cet article quelques conseils pour bien les préparer. Nous tenterons par la suite de faire le tri entre les questions pertinentes, celles qui sont taboues et celles qui laisseront entendre à votre recruteur que vous êtes sa meilleure option.

Spécificités de l'entretien d'embauche allemand

Déroulement classique

L'entretien d'embauche allemand ne diffère pas fondamentalement du français. Néanmoins, on remarque qu'en Allemagne, les recruteurs ont davantage tendance à avoir en tête un schéma bien précis de ce qu'ils veulent vous entendre dire. Le bon côté des choses, c'est donc qu'il y a peu de chance que votre entretien débute par « parlez-nous un peu de vous ».

Cela ne veut pas dire pour autant que vous devriez rester passif tout au long de l'entretien - au contraire. Une fois que vous aurez répondu aux questions typiques d'un entretien d'embauche, votre recruteur vous invitera très certainement à poser à votre tour des questions concernant l'entreprise, le poste, etc. L'occasion vous est alors donnée de vous montrer audacieux, créatif, piquant et somme toute, brillant. Ne passez surtout pas à côté !

Spécificités de l'entretien d'embauche allemand

Prééminence du recruteur

En Allemagne plus qu'en France, c'est le recruteur qui tient les rênes de la conversation. C'est pourquoi, il est très important que vous maîtrisiez votre temps de parole et que vous vous limitiez à 3 ou 4 questions pertinentes.

Il vous sera demandé d'être très précis dans l'exposé de ces questions. D'où la nécessité de bien s'y préparer en se référant chaque fois que possible à des exemples concrets tirés de votre propre expérience professionnelle. Parfois, il vous faudra même vous affirmer face à votre recruteur pour pouvoir évoquer les sujets qui vous tiennent à cœur, cela sans jamais vous montrer grossier, bien entendu.

Il faut toujours garder à l'esprit que vos chances de réussite dépendent en grande partie de la personnalité de votre recruteur. L'entretien d'embauche, fut-il allemand, est un exercice de séduction. Aussi, pour parvenir à vos fins, il vous faudra rapidement identifier les désirs de votre interlocuteur en matière de dialogue et vous y conformer durant toute la durée de l'entretien.

Pourquoi faut-il absolument poser des questions lors de l'entretien d'embauche ?

Prouver votre motivation

Poser des questions lors d'un entretien d'embauche témoigne de votre intérêt pour l'entreprise et de votre motivation à obtenir le poste. Aux yeux des recruteurs, un candidat qui ne pose pas de questions est un candidat peu regardant et prêt à accepter n'importe quel emploi, ce qui n'est valorisant ni pour vous, ni pour l'entreprise. Ici encore, la métaphore amoureuse permet de comprendre ce mécanisme psychologique : en somme, il s'agit de vous faire désirer.

Construire un dialogue

L'entretien d'embauche n'est pas une conversation à sens unique et encore moins un interrogatoire. En effet, un interrogatoire est pénible tandis qu'un dialogue est divertissant et constructif. La pertinence de vos questions est un indicateur de votre curiosité, de votre engagement, de votre vivacité d'esprit et de votre réactivité, autant de qualités qui caractérisent le candidat idéal. Il va donc vous falloir préparer des questions pertinentes et surtout connaître les chiffres qui comptent pour le poste visé.

Capter des informations

L'entretien d'embauche est l'occasion d'en savoir plus sur vos responsabilités, vos chances d'évolution, l'équipe que vous allez intégrer, etc. En fin d'entretien, vous devriez idéalement être capable de délimiter les responsabilités qui vous seront confiées ainsi que de vous figurer vos futures conditions de travail. Ces mêmes éléments vous aideront in fine à choisir entre telle ou telle entreprise et à jeter votre dévolu sur elle.

Poser des questions lors de l'entretien d'embauche

Quelques conseils pour bien préparer vos questions

Prenez des notes !

Avant l'entretien

On l'aura compris, la principale erreur serait de vous fier à l'inspiration du moment lorsque la parole vous sera donnée. Passez au crible tous les renseignements disponibles concernant l'entreprise avant de vous présenter à l'entretien. Par exemple, si vous savez que l'entreprise a récemment lancé un nouveau produit, demandez si l'entreprise est satisfaite de la façon dont le marché a accueilli cette nouveauté. Cela vous permettra très certainement de marquer des bons points, car cela prouve que vous avez fait vos recherches.

Pendant/après l'entretien

Rien ne vous empêche également de prendre des notes durant l'entretien lui-même. Cela étant dit, contentez-vous de quelques mots clés pour ne pas avoir le nez dans vos papiers durant tout l'entretien. Si vous êtes doté d'une bonne mémoire, notez la réponse à vos questions une fois rentré chez vous. Cela vous permettra de comparer les différentes réponses et de faire votre choix parmi les entreprises auprès desquelles vous avez postulé à l'aube des éléments qui comptent vraiment pour vous.

Soyez attentif !

Du tac au tac

Les questions « à chaud » (ou Zwischenfragen) peuvent dans certains cas être tout à fait indiquées, notamment si votre entretien adopte du début à la fin la forme d'un dialogue. Ici encore, tout dépend de la personnalité du recruteur que vous aurez en face de vous. Rebondir sur tel ou tel sujet peut se révéler payant dans la mesure où cela témoigne de votre capacité d'écoute et de votre réactivité. Cependant, restez prudent, il ne s'agit surtout pas de couper la parole à votre recruteur ni même de lui faire perdre le fil. N'oubliez jamais qu'en Allemagne, c'est le recruteur qui mène la danse.

Développez des points précis

Une autre bonne astuce consiste à reprendre et à approfondir des éléments précédemment cités par votre recruteur lors de sa présentation du poste :

« Si je vous ai bien compris, l'évaluation de mon équipe fera également partie de mes attributions. À qui devrais-je alors en référer ? ».

Cela prouvera à votre recruteur qu'il bénéficie de votre attention toute entière. Veillez néanmoins à ne pas commettre de bévue. Il serait en effet particulièrement contre-productif de forcer votre recruteur à se répéter, cela pourrait être retenu contre vous comme preuve d'un manque d'attention ou pire, d'intelligence.

Soyez créatif !

Renoncez aux questions alibis

Il ne s'agit pas de poser des questions pour le plaisir de poser des questions. Soyez sûrs que les questions posées seulement pour la forme seront rapidement démasquées par votre recruteur et que la qualité de votre conversation s'en verra considérablement amoindrie, de même que vos chances de décrocher le poste.

Formulez des questions ouvertes

Une question ouverte est une question à laquelle on ne peut pas répondre par oui ou par non. Ce type de question dynamise un dialogue en offrant à votre interlocuteur des perspectives de réponses plus larges. Ne dites-donc pas :

« Votre entreprise offre-t-elle des offres de formation à ses employés ? »

...mais plutôt :

« Quelles sont les offres de formation offertes par votre entreprise ? ».

Formulez des questions personnalisées

Et pour rendre vos questions encore plus intéressantes, nous ne saurions trop vous conseiller d'évoquer votre expérience personnelle au sein même de leur formulation. Encore mieux que :

« Quelles sont les offres de formation offertes par votre entreprise ? »,

vous pourriez par exemple poser la même question en la garnissant d'auto-référence bien dosée :

« Chez mon ancien employeur, j'ai pu suivre une formation afin de me spécialiser dans tel programme informatique, qu'en est-il dans votre entreprise ? ».

Les questions à ne surtout pas poser lors d'un entretien d'embauche en Allemagne

Bien que l'échantillon suivant comporte nombre de questions tout à fait légitimes, il est des questions qui, par convention, n'ont pas leur place au sein d'un entretien d'embauche. Commençons tout d'abord par les questions nulles avant d'aborder les questions non avenues.

Les questions bêtes

Les questions dont la réponse a déjà été donnée lors de l'entretien

Nous ne nous attarderons pas davantage sur ce point. Si vous avez préparé une question, aussi brillante soit-elle, mais que votre recruteur vous a malheureusement devancé en y apportant une réponse circonstanciée, ne la posez pas.

Les questions dont vous devriez déjà connaître la réponse

Cette catégorie regroupe toutes les questions auxquelles vous devriez déjà avoir trouvé une réponse si tant est que vous vous soyez un peu préparé à l'entretien. En voici un florilège :

« Que produit votre entreprise exactement ? »
« Avez-vous des filiales à l'étranger ? »
« Combien de personnes votre entreprise emploie-t-elle ? »

Sachant que ce type d'informations est indiqué sur le site web de n'importe quelle PME, ces questions ne sont jamais opportunes. Vous seriez mieux avisé d'utiliser les données que vous aurez assidûment collectées pour formuler des questions plus ciblées.

Par exemple la question :

« J'ai lu que votre entreprise employait 500 personnes, en combien de départements ces différents postes sont-ils répartis au sein de votre siège berlinois ? »

vous permettra d'en savoir plus sur l'organigramme de l'entreprise et votre position au sein du processus décisionnel tout en signifiant à votre recruteur que vous vous êtes studieusement préparé à l'entretien.

Questions à pas poser lors d'un entretien d'embauche en Allemagne

Les questions taboues

Concernant le salaire et la promotion

En Allemagne, en règle générale, il est très mal considéré d'évoquer vos prétentions salariales lors du premier entretien, à moins bien sûr que votre recruteur ne vous y invite. Il en va tout autrement du second entretien, au cours duquel, par convention, ces détails seront discutés. En effet, on part du principe que vous savez ce que vous valez et que la hauteur du salaire auquel vous pouvez légitimement prétendre n'est inconnue d'aucune des deux parties.

Soyez également très prudent en ce qui concerne vos chances de promotion (Aufstiegsmöglichkeiten). Il vous faut absolument éviter de donner à votre recruteur l'impression que vous candidatez pour ce poste tout en en convoitant un autre, plus élevé dans la hiérarchie et mieux payé. Ne dites donc pas :

« Puis-je prétendre à une augmentation ou à une promotion rapidement ? »,

mais plutôt quelque chose comme :

« Quels sont les incitatifs envisagés par votre entreprise pour récompenser les éléments les plus performants ? ».

Notez que cette question ne peut être posée que si vous vous êtes préalablement enquis de ce que l'employeur entendait exactement par performance et si vous êtes d'un naturel audacieux, ce qui peut plaire... ou déplaire foncièrement.

Concernant les congés, les horaires de travail, les loisirs et autres avantages

Prière de laisser aux recruteurs leurs illusions concernant l'engagement illimité (donc sans horaires, ni congé) de leurs futures recrues ! Même si dans la pratique, il vous faudra jongler entre votre vie privée et votre vie professionnelle, il vous est formellement interdit de poser lors de votre entretien d'embauche une question du type :

« Est-il possible de quitter le bureau plus tôt si j'ai accompli toutes mes tâches pour pouvoir aller chercher mes enfants à la sortie de l'école ? ».

Ce type de question ne peut pas même être évoquée lors du second entretien, mais seulement une fois que vous aurez fait vos preuves, auprès de votre chef d'équipe et sous réserve d'un caractère bienveillant.

De la même manière, sont absolument bannies toutes les questions relatives aux éventuels avantages dont vous pourriez bénéficier : tickets resto ou bons d'achats, surface, ameublement et heures d'ensoleillement de votre bureau, voiture de fonction, etc.

De manière générale, toute référence aux loisirs est tabou, à moins bien sûr que vous ne fassiez référence aux événements sportifs organisés par l'entreprise à des fins de team building. Enfin, est-il bien utile de préciser que la question :

« Votre entreprise surveille-t-elle la fréquentation Facebook de ses employés? »

est un no go absolu.

Concernant votre prédécesseur

Un autre grand tabou des entretiens d'embauche est la question de savoir ce qu'il est advenu de votre prédécesseur. Si votre curiosité vous taraude et que vous n'y tenez plus, un subterfuge possible consisterait à essayer de soutirer des informations au recruteur en formulant la question de manière détournée :

« S'agit-il d'une création de poste ? ».

Si celui-ci répond par la négative mais se montre peu loquace, n'insistez cependant pas.

Concernant vos chances d'embauche

Demander de but en blanc « quelles sont mes chances d'être embauché ? » enlèveraient en effet tout le sel de l'entretien d'embauche. Par convention, on évoque ses perspectives d'embauche de manière détournée en demandant de manière faussement innocente :

« Quelles sont les prochaines étapes du processus de recrutement ? ».

Soit une question qui elle, fait partie des questions à poser quasi-impérativement lors d'un entretien d'embauche.

Les questions à poser lors d'un entretien d'embauche en Allemagne

Voici une liste de questions que vous êtes toujours en droit de poser sans devoir y réfléchir à deux fois. Il y a en effet peu de chance que ces questions soient mal interprétées :

Sur votre poste, vos responsabilités, vos performances

« Qu'est-ce qui constitue un succès pour le poste ? »,
« Quelles performances doivent être atteintes dans 30/60/90 jours ? »,
« Quels sont les paramètres qui seront pris en compte pour mesurer ma performance ? »,
« Quelles seront mes responsabilités à la prise de poste ? »,
« Mes responsabilités vont-elles évoluer à la fin de la période d'essai ? »,
« Pourriez-vous me décrire une journée type dans cette position ? »,
« Quels sont les premiers projets qui me seront confiés ? ».

Sur votre équipe et l'entreprise

« Quelle est la taille de l'équipe que je vais intégrer ? »,
« Quels sont vos concurrents directs et vos atouts ? »,
« Quelle est la position de mon équipe au sein de l'entreprise ? »,
« Pouvez-vous me décrire rapidement l'organigramme de l'entreprise ? »,
« Quelles sont les qualités et les compétences qui font défaut à l'équipe actuelle ? »,
« Qu'est-ce qui constitue un succès pour l'équipe ? »,
« De manière globale, quels sont les objectifs actuels de l'entreprise, et en quoi mon équipe y contribue-t-elle ? ».

Sur le recruteur et le processus de recrutement

« Depuis combien de temps travaillez-vous pour cette entreprise ? »,
« Aimez-vous travailler ici ? »,
« Comment décririez-vous l'ambiance de travail ? Plutôt collaborative ou indépendante ? »,
« Quelles sont les prochaines étapes du processus de recrutement ? »,
« Quelle est la date limite de prise de décision pour la dévolution du poste ? »,
« Puis-je vous contacter si j'ai d'autres questions ? »,
« Est-ce qu'il vous reste un point que vous souhaiteriez éclaircir sur mon parcours ou mes expériences professionnelles ? ».

Toutes ces questions vous permettront de signifier au recruteur que vous vous projetez déjà dans l'entreprise et que vous avez déjà réfléchi à ce que vous pourrez lui apporter de plus. Cependant, ces questions sont tellement classiques qu'elles feront de vous un candidat docile mais peu imaginatif. C'est pourquoi, il vous faudra toujours vous creuser la tête pour trouver des questions adaptées à l'entreprise, aux enjeux du secteur, à votre propre parcours professionnel, etc. autant de questions qui vous permettront de sortir votre épingle du jeu.

En Allemagne comme en France, l'entretien d'embauche est un jeu d'acteur stratégique où il faut savoir poser les bonnes questions au bon moment tout en tenant compte de la personnalité du recruteur. Certains recruteurs apprécieront par exemple vos efforts pour créer du lien en les questionnant directement sur leur propre expérience au sein de l'entreprise et d'autres pas.

Toujours est-il que c'est en posant les bonnes questions que serez en mesure de juger si le poste pour lequel vous postulez est vraiment fait pour vous. De plus, poser des questions est crucial pour prouver votre motivation et convaincre votre recruteur que vous êtes le candidat idéal au poste. En effet, comme on le dit en Allemagne : Wer fragt, der führt.