Produits régionaux français : les Allemands les aiment, mais les achètent peu

ParisBerlin_Produits_RégionauxPour les Allemands, la France est par excellence le pays du bon vivre. Les épiceries fines sont nombreuses, en Allemagne, à proposer des produits du terroir français. Pourtant, hors période des fêtes, les exportateurs français peinent à vendre leurs produits. Le point sur un marché potentiellement porteur, mais dont la croissance reste limitée. TEXTE : NICOLAS ROPERT


ParisBerlin_logoParisBerlin (http://www.parisberlin.fr) est le seul newsmagazine qui vous informe chaque mois sur l'actualité franco-allemande dans les domaines suivants : politique, économie, mode de vie, culture, éducation, médias.


Trouver des produits français en Allemagne n'est pas mission impossible mais il faut un peu chercher quand même. Dans les supermarchés, on propose brioches, baguettes et quelques autres produits "made in France''. Mais pour avoir un plus grand choix, il faut se tourner vers une französische Feinkost ou épicerie fine française.

Des produits de luxe

Dans les épiceries fines, les produits français sont plus chers car il faut ajouter le transport et la marge de ces petits vendeurs. C'est pour cette raison qu'ils ne rencontrent qu'un succès limité. Mais à Noël, les Allemands rechignent un peu moins sur les prix, estime David Boucherie: "La plupart des Allemands n'accordent pas la même importance à la nourriture que les Français.

C'est une autre éducation. Mais pour les fêtes, ils n'hésitent pas acheter des coffrets avec de la confiture de Noël, du confit de canard. Je vends aussi beaucoup de fromage pendant cette période." Un constat que partage aussi Olivier Tourette, gérant d'une affinerie fromagère à Strasbourg. Il livre autant les boutiques que les hôtels-restaurants en Allemagne, un marché qui représente 40 % de ses exportations. "Pour les Allemands, le fromage est un produit luxueux, festif. Quand les restaurants veulent faire baisser les prix des menus, ils suppriment, en premier, les fromages. Mais pendant les fêtes, on livre énormément de fromage de chèvre, de roquefort ou de comté." Son activité en Allemagne est en constante évolution. Il reconnaît les différences culturelles entre les consommateurs des deux côtés du Rhin car "les Allemands sont plus curieux, ils essaient plus volontiers de nouveaux fromages."

Du vin, bien sûr, mais peu de foie gras

Pendant la périodes des fêtes, les Allemands achètent aussi des vins et pétillants français.
"Je bois volontiers du champagne ou du crémant à Noël et pour le Nouvel An, explique Achim Rudolph, un Allemand d'une cinquantaine d'années, mais plutôt en apéritif. Pour le repas, je prends souvent un vin de dessert français comme un Sauternes ou un Muscat, surtout si on mange du foie gras."

Achim semble être une exception en Allemagne. Non pas pour la consommation de vin mais sur l'achat de foie gras. La France est championne du monde dans la production de foie gras d'oie et de canard avec près de 20 000 tonnes dont 12 % est exporté. Mais l'Allemagne n'arrive qu'à la sixième place des importateurs de foie gras français loin derrière le trio de tête composé de l'Espagne, du Japon et la Belgique. Si les Allemands goûtent peu ce produit régional, ce n'est pas le seul facteur qui explique la faiblesse des importations : "Nous ne mangeons pas de foie gras parce que le traitement des animaux est vraiment insupportable", lancent d'une seule voix Susanne et Bea, deux Allemandes, pourtant amoureuse de la France. Et elles ne sont pas les seules, l'Allemagne fait partie de la liste des pays qui ont interdit le gavage des animaux. Ceci explique certainement cela.

TEXTE : NICOLAS ROPERT