"Nous avons besoin de solutions en Allemagne pour les nouveaux marchés"

MD Solutions en Allemagne pour les nouveaux marchésUn entretien avec Frank Riemensperger, expert en innovation et directeur chez Accenture, sur les stratégies fructueuses d'entreprises en matière d'innovation, les tendances majeures et les atouts économiques de l'Allemagne.

Monsieur Riemensperger, vous dites qu'en Allemagne, ce ne sont pas les idées qui manquent, mais les solutionneurs. Qu'entendez-vous par là ?

Pour sauvegarder sa force d'exportation, l'Allemagne doit tenir compte des tendances majeures telles que la croissance rapide des pays émergents avec leurs grands groupes de consommateurs. C'est ici qu'entre en jeu le solutionneur. Prenons Bosch qui a créé à temps un centre de recherche en Inde et mis au point, pour la petite cylindrée indienne Nano, un système d'injection basé sur une technologie connue, mais qu'il a adaptée au marché indien. Nous n'avons pas besoin d'être sans cesse à la recherche de nouvelles idées, mais devrions nous pencher davantage sur les solutions adéquates à apporter aux nouveaux marchés à partir d'inventions existantes.

Quel rang l'Allemagne occupe-t-elle, en comparaison internationale, en matière d'innovation ?

Pour ce qui est des inventions, l'Allemagne joue en première division et a une très bonne culture de recherche-développement. Dans nos industries premières comme la construction mécanique, la construction d'équipements ou la construction automobile, on trouve de nombreux concepts novateurs. Mais ce qui est en train de changer, ce sont les conditions-cadres. Aujourd'hui, des pays comme la Chine font enregistrer tout autant, voire plus de brevets que l'Allemagne. Une nouvelle rivalité se fait jour quant à la recherche, au développement et aux concepts des produits prêts à la commercialisation. En Allemagne, nous devons réfléchir au visage à donner à une culture de l'innovation efficace capable, au sein des entreprises, de faire face à cette nouvelle compétition.

Que conseillez-vous aux entreprises ?

Elles doivent prendre pleinement conscience de ce que le monde de leurs produits, permettant de pénétrer de nouveaux marchés, doit se développer de manière continue. Ce qui crée une base propice aux changements. Les entreprises doivent, de surcroît, s'aligner sur les tendances majeures. Schott Ceran, qui a remporté le Prix allemand de l'innovation 2010, en donne un bon exemple. Cette société a mis au point un procédé de production moderne pour plaques de cuisson en vitrocéramique. De fabrication écologique, ce produit est doté de nouveaux éléments de design et a bénéficié d'un marketing international. Schott a ainsi réussi à intégrer l'aspect de la durabilité dans son cœur de métier. Ces changements permettent de se différencier des concurrents et constituent, à mes yeux, le meilleur de l'innovation. Ce qui, aujourd'hui, est très souvent le cas en Allemagne.

Quels sont les atouts économiques de l'Allemagne ?

Nous devons continuer à développer nos produits de qualité afin de les offrir sous forme de solutions complètes. À titre d'exemple, Siemens a développé une nouvelle turbine à gaz qui conquerra probablement le marché mondial. Or il est concevable que Siemens non seulement vende sa turbine, mais aussi la centrale correspondante et non seulement construise cette dernière, mais aussi l'exploite.

Fiche personnelle

Depuis 1989, Frank Riemensperger travaille pour Accenture, une société de conseil opérant à l'échelle internationale. Depuis novembre 2009, cet informaticien est directeur régional (Allemagne, Autriche et Suisse) et responsable pour l'Allemagne.

Riemensperger est l'un des experts en innovation chez Accenture. Les services offerts par cette entreprise englobent le conseil en stratégie et organisation, le conseil en technologies et solutions métiers ainsi que l'externalisation pour les entreprises et organisations de différents secteurs dans plus de 120 pays. La clientèle d'Accenture est issue notamment de l'électronique, des secteurs financier, automobile et de la santé. Cette société conseille dans le cadre du développement de nouveaux marchés et soutient les groupes désireux de définir de nouveaux modèles écono­miques et de nouvelles stratégies. Accenture occupe quelque 190 000 personnes travaillant dans 52 pays. Son dernier chiffre d'affaires annuel mondial avoisinait les 22 milliards de dollars.

Voir l'article original sur le site du magazin-deutschland : "Nous avons besoin de solutions pour les nouveaux marchés"

© www.magazin-deutschland.de