Les relations entre une entreprise allemande et française : l'exemple de la SNCF et la Deutsche Bahn

PB Exemple SNCF et Deutsche BahnInterview avec Antoine Beyer, chargé de recherche à l'IFSTTAR et auteur de l'article "La rivalité SNCF/DB : une tentative d'interprétation géostratégique à l'échelle ouest-européenne". TEXTE : MATTHIAS SANDER

La DB et la SNCF coopèrent pour les TGV est-européens. Où sont- elles des rivaux ?


Paris_Berlin_LogoParisBerlin (http://www.parisberlin.fr) est le seul newsmagazine qui vous informe chaque mois sur l'actualité franco-allemande dans les domaines suivants : politique, économie, mode de vie, culture, éducation, médias.


Déjà, Alleo, leur filiale commune pour les TGV franco-allemands, illustre une ambiguïté. Contrairement à Thalys et Eurostar, dominés par la SNCF, Alleo regroupe deux opérateurs soucieux de maintenir une stricte égalité. C'est une toute petite société de marketing, un mariage sous le régime de la séparation des biens

Sinon, dans la grande vitesse, la DB et la SNCF (via Thalys) se concurrencent sur Cologne-Bruxelles et prochainement sur Francfort-Londres, quand l'ICE ira jusqu'en Angleterre et l'Eurostar jusqu'à Francfort. Mais il n'y a pas d'attaque frontale dans le pays de l'autre.

Est-ce différent pour les trains régionaux et le fret ?

Oui, la DB se plaint que la SNCF (via Keolis) et Veolia exploitent des liaisons régionales en Allemagne, alors qu'elle n'a pas accès à ce marché en France. Ce que regrettent bien des élus locaux français qui voudraient faire jouer la concurrence dans un contexte budgétaire serré. Dans le fret, la DB possède la société française Euro Cargo Rail, et la SNCF a pris le contrôle de Veolia Cargo International en 2009, ce qui a renforcé sa position en Allemagne.

Il y a aussi une rivalité entre les constructeurs historiques des deux compagnies, Siemens et Alstom...

À tel point que c'était un mini-scandale quand Eurostar a pris une option d'achat pour des trains Siemens en 2010. Cependant, certains politiques rêvent d'un rapprochement Siemens-Alstom pour faire face aux constructeurs asiatiques. Mais les industriels sont contre cet "Airbus du rail".

À part le TGV est-européen, y a-t-il d'autres coopérations entre la DB et la SNCF ?

Oui, surtout dans les régions transfrontalières. Par exemple, entre Woippy (Lorraine) et Mannheim, des équipes bilingues, formées aux deux types de signalisation facilitent l'échange de wagons de marchandises avec des locomotives intero-pérables. Mais cet arrangement est aujourd'hui mis à mal par la concurrence entre les compagnies.

TEXTE : MATTHIAS SANDER