Les constructeurs allemands de machines-outils ciblent l’Afrique

CIDAL Constructeurs allemands ciblent AfriqueLes constructeurs allemands de machines-outils ont l'intention de lancer une vaste initiative pour s'implanter en Afrique. Ce continent offre d'importantes perspectives de croissance, estime le nouveau président de la Fédération allemande des constructeurs de machines (VDMA), Reinhold Festge.

« Pour l'heure, nous abandonnons l'Afrique aux Chinois sans guère leur résister », a-t-il déclaré dans les colonnes du Welt am Sonntag. « Il faut y remédier, si nous voulons conserver notre position mondiale ».C'est pourquoi la VDMA projette de lancer des projets phares au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud. Il s'agit d'acquérir de l'expérience dans ces trois pays, avant de voir plus grand. Dans un premier temps, la VDMA mettra en place des centres locaux de formation avec la Gesellschaft für Technische Zusammenarbeit (Société allemande de coopération internationale, GIZ). « Les besoins existent, je le vois à ma propre entreprise », a insisté M. Festge, associé-gérant du groupe Haver & Boecker. « L'un de nos meilleurs clients se trouve au Nigeria. »

De manière générale, ignorer l'Afrique serait une grave erreur stratégique pour l'industrie allemande, a développé M. Festge dans une interview accordée au quotidien régional Stuttgarter Zeitung. Certes, le continent aura besoin de temps pour rattraper son retard en matière de développement. La VDMA se concentrera donc d'abord sur les exportations et les transferts de savoir-faire, avant de mettre en place des sites locaux de production. 

Par ailleurs, ce continent recèle un immense potentiel pour les PME, affirme M. Festge, notamment dans le secteur des services. « Nous pourrions non seulement vendre des machines à nos clients, mais aussi leur proposer d'en assurer l'exploitation. » Quant aux débouchés, ils semblent bien réels : « Nous avons déjà de nombreux clients [en Afrique]. [...] Et ce n'est pas comme en Chine : il n'y a pas de gouvernement central qui prend toutes les décisions. Tous les États sont différents. Il se passe des choses dans chaque pays, on trouve de l'énergie partout. C'est un continent fascinant. »

© CIDAL