Le déséquilibre démographique en Allemagne

PB Déséquilibre démographique en AllemagneLes Français ne connaissaient pas la crise... du moins démographiquement. La barre des 65 millions vient d'être franchie avec un taux de fécondité record. En face, l'Allemagne continue sa chute démographique et s'inquiète du manque de main-d'oeuvre. De quoi changer la donne économique des années à venir. TEXTE : STEPHANIE PICHON


ParisBerlin_logoParisBerlin (http://www.parisberlin.fr) est le seul newsmagazine qui vous informe chaque mois sur l'actualité franco-allemande dans les domaines suivants : politique, économie, mode de vie, culture, éducation, médias.


La France se pâme devant la croissance allemande, sa balance commerciale et son taux de chômage à un chiffre. Mais pas vraiment devant sa pyramide des âges. Cocorico tonitruant à l'annonce des chiffres de l'Insee pour 2010 : les Français ont franchi la barre des 65 millions avec un taux de fécondité qui dépasse les 2 %, soit le plus haut niveau depuis le baby-boom! Le pessimisme affiché face à l'avenir économique ne semble pas avoir affecté les jeunes couples. "L'envie d'avoir un enfant est plus forte que les contraintes provoquées par la crise économique", explique Pascale Breuil, chef des études démographiques et sociales à l'Insee. "Ce n'était pas le cas en 1993 et 1994, où la situation avait entraîné une chute conséquente des naissances." Cerise sur le gâteau : à l'horizon 2050 les Français seront plus nombreux que leurs voisins d'outre-Rhin et deviendront le deuxième pays le plus peuplé d'Europe après l'Angleterre.

Ces dernières évolutions cassent également l'idée que la France doit sa croissance démographique à l'immigration. "En raison de son excédent de naissances, la France dépend beaucoup moins de l'immigration que l'Allemagne. Malgré tout, le pays a enregistré en 2008 un solde migratoire positif de 67 200 personnes", écrivent Stephan Sievert et Reiner Klingholz, de l'Institut berlinois pour la population et le développement dans leur étude comparative "France - Allemagne, le décrochage démographique".

Rien ne semble pouvoir endiguer le veillissement de la population

Au tour des Allemands d'être envieux de ce dynamisme démographique qui leur fait tant défaut et devrait poser problème à son économie à très court terme. Taux de fécondité de 1,4 % - soit l'un des plus bas d'Europe -, population en déclin depuis 2003, et solde migratoire négatif depuis 2008 ! Rien à l'horizon ne semble pouvoir endiguer ce vieillissement qui inquiète les milieux économiques, notamment en termes de main-d'oeuvre. Le chiffre d'affaires des entreprises allemandes pourrait grimper de 30 milliards d'euros annuels si elles disposaient de suffisamment de main-d'oeuvre qualifi ée, a calculé Ernst and Young dans une étude récente. Un groupement d'entrepreneurs, réunis sous le nom de Réseau démographie, a soumis l'idée d'un ministère de la Démographie pour prendre toute la mesure du problème et le ministre de l'Économie, Rainer Brüderle, a souligné récemment "le risque qu'un manque de main-d'oeuvre qualifiée ralentisse la croissance et la prospérité du pays". L'ouverture du pays aux travailleurs immigrés sonne comme une obligation. La France, elle, pourrait au contraire bénéficier de son dynamisme démographique à long terme. Même si elle est indéniablement sur une pente vieillissante, l'Insee prédit que ces naissances nombreuses devraient accroître le nombre d'actifs de 1,8 million entre 2000 et 2050 et élever "le sentier de croissance potentielle de l'économie de 0,3 % par an en moyenne".

Le prochain recensement allemand de mai 2011 devrait encore aggraver les prévisions qui se basaient jusque-là sur des statistiques d'avant la réunification qui, selon Stephan Sievert et Reiner Klingholz, surévaluent la population "d'au moins 1,3 million". Sans grande surprise, les nouvelles données devraient révéler "que l'Allemagne perdra son statut de pays le plus peuplé de l'UE beaucoup plus tôt qu'on ne le suppose aujourd'hui".

TEXTE : STEPHANIE PICHON