L’Allemagne face au casse-tête du logement étudiant

CIDAL Allemagne logement étudiantMonter un lourd dossier avec force justificatifs, éplucher les petites annonces, multiplier les mails, les appels téléphoniques et les visites d’appartement pour finalement…se trouver dans un réduit hors de prix. Les étudiants français ne sont pas les seuls à connaître « la galère » pour se loger.Malgré une démographie moins vigoureuse, l'Allemagne peine aussi à héberger correctement ses étudiants. Ces derniers sont de plus en plus nombreux à mesure que l'accès aux études supérieures se banalise. Le ministre allemand responsable du Logement, Peter Ramsauer, a ouvert cette semaine des pistes de solution lors d'une table ronde avec les professionnels du secteur.

Un déficit de 70 000 logements

Selon M. Ramsauer, il manquerait en Allemagne 70 000 logements étudiants, dont 25 000 en résidence étudiante. Le résultat : un marché déséquilibré. « Les étudiants doivent se loger correctement à un prix abordable. [...] Ils ne doivent pas devenir des jouets entre les mains d'agents ayant intérêt à faire monter les prix. Il n'est pas acceptable que, dans certains centre-ville, l'offre de logements abordables disparaisse au profit des appartements de luxe », s'insurge M. Ramsauer. Des loyers de 300 ou 400 euros sont trop élevés, ajoute-t-il. Le loyer moyen en résidence étudiante est de 214 euros par mois.

Devant les responsables des CROUS et les professionnels de l'immobilier, le ministre a donc évoqué la mise en place de solutions plutôt imaginatives. Il suggère, par exemple, de reconvertir des casernes désaffectées, comme cela a été fait avec succès à Augsbourg, Heidelberg, Darmstadt et Mannheim, ou encore de loger les étudiants dans des bateaux-hôtels. Il n'exclut pas non plus de transformer certains biens immobiliers de l'État, par exemple d'anciens postes de douane et bâtiments administratifs, en résidences étudiantes.

Enfin, M. Ramsauer souhaite renforcer la construction de logements étudiants grâce au soutien de la banque publique KfW et en mobilisant des investisseurs privés. En effet, la solution durable aux difficultés réside dans la construction de nouveaux logements. Une nouvelle table ronde est prévue au mois de février.

Disparités entre les Länder

Le ministre ne peut toutefois qu'émettre des suggestions. En effet, depuis la réforme du système fédéral allemand, en 2004, c'est aux Länder que revient la responsabilité du logement étudiant. C'est donc vers eux que M. Ramsauer se tourne aujourd'hui en priorité : il les invite à utiliser les quelque 518 millions d'euros annuels que l'État fédéral leur verse pour la construction de logements sociaux. « Il est du devoir des Länder » d'agir, a-t-il ainsi souligné.

Car là est l'origine des disparités importantes qui existent entre les régions. Certains Länder s'investissent, tels que la Bavière, la Rhénanie-du-Nord-Westphalie ou Hambourg. Mais d'autres demeurent inactifs, à l'instar de Brême, Berlin et du Mecklembourg-Poméranie occidentale. En matière de logement étudiant, il n'y a pourtant pas de fatalité : plus l'offre est abondante, plus les prix sont abordables. C'est ce qu'illustre une ville étudiante et abordable telle que Leipzig.

Source : allemagne.diplo.de