Evaluer son niveau de langue en allemand : Le Cadre européen commun de référence

Comment évaluer son niveau de langue en allemandLes Français souffrent en Allemagne d'une réputation peu élogieuse : ils sont faibles en langues étrangères. Qu'il s'agisse là d'un préjugé ou d'une vérité dure à avaler n'est pas une remarque pertinente. Ce qui est toutefois surprenant, c'est le goût des étudiants français pour l'étranger : en 2006, ils étaient près de 23.000 à émigrer pour un minimum de trois mois, dans le cadre du programme ERASMUS. Ce chiffre place la France en deuxième position derrière l'Allemagne.

Malgré leur soi-disante faiblesse, les Français aiment donc se mondialiser et se soumettre à un apprentissage linguistique nécessaire mais éprouvant. Ainsi, un grand nombre de Français suit des études outre-rhin.

Prochain souci : avoir les compétences requises pour suivre un cursus en allemand ! Qu'est-ce que ne demandent pas les universités pour reconnaître que le niveau d'allemand est suffisant ! Ce diplôme n'est pas valable, celui-ci trop ancien, cet autre trop peu détaillé. Pour remédier à ce calvaire administratif, l'UE a complété son système de mobilité étudiante par une harmonisation de l'évaluation linguistique. Le programme Cadre Européen Commun de Référence pour les langues, lancé en 2001 par le Conseil de l'Europe réunit les tests linguistiques nationaux sous un même toit de référence.

Qu'est-ce que le CECR ?

Le CECR est un programme normatif qui est reconnu dans tous les pays de l'UE. Il établit 6 niveaux de langues, qui trouvent leur équivalence dans chaque diplôme national. Les 6 niveaux sont les suivants :

  • A1 - Niveau introductif (ou Découverte) : le grand débutant, en bref, qui comprend vaguement quand on parle lentement et qui articule une phrase simpliste au bout de deux minutes de réflexion.
  • A2 - Niveau intermédiaire (ou de Survie) : le débutant débrouillard, qui sait se faire comprendre s'il y a besoin urgent de communication.
  • B1 - Niveau seuil : expression brève mais cohérente, locuteur plus ou moins autonome.
  • B2 - Niveau avancé : aisance et indépendance, capacité de compréhension courante (peut donc suivre un cours).
  • C1 - Niveau autonome : assez bonne maîtrise de la langue, communication quasi courante, compréhension aisée de sujets difficiles.
  • C2 - Niveau Maîtrise : C'est gagné ! Expression courante, aisance totale sur tous les sujets.

Pour aller plus loin, le kleines Sprachdiplom et le großes Sprachdiplom affirment une billingualité parfaite. Ces diplômes ne font cependant pas partie du programme. Pour plus d'informations à ce sujet, consultez le site du Goethe-Institut.

En quoi le CECR est-il bénéfique ?

Certes, les universités européennes sont pour la plupart libres de fixer la barre linguistique. La Universität Heidelberg demandera ainsi un C1 tandis que celle de Rostock se contentera de B2, Cambridge n'acceptera rien en dessous de C2 alors que la LMU prendra les B2. Mais le CECR résoud tout du moins une partie du chaos administratif sous-jacent au départ à l'étranger : un diplôme acquis en France sera, grâce au système d'équivalence reconnu en Allemagne et l'étudiant(e) ne sera pas forcé(e) à repasser sous le bistouri des Sprachzentrum pour avoir sa place. Pour le modèle ERASMUS, le programme est un plus en efficacité, un format unique et pratique. Le Conseil de l'Europe indique les avantages : "Ce document est un instrument pratique permettant d'établir clairement les éléments communs à atteindre lors des étapes successives de l'apprentissage ; c'est aussi un instrument idéal pour la comparabilité internationale des résultats de l'évaluation."

Quelles sont les équivalences ?

  • A2 : ALTE 1, DCL 1
  • B1 : ALTE 2, ZD, DCL 2-3, CLES 1, UNIcert I
  • B2 : ALTE 3, TestDaf 3, DCL 4, CLES 2, UNIcert II
  • C1 : ALTE 4, TestDaf 4, DSH 2, ZMP, DCL 5, CLES 3, UNIcert III
  • C2 : ALTE 5, TestDaf 5, DSH3, ZOP, UNIcert IV

Même si on ne sait pas exactement quel niveau est requis par les universités, il est légitime de prétendre qu'aucune université allemande ne prend en dessous du niveau B2, et beaucoup d'entre elles demandent au minimum le niveau C1 lors de l'inscription. Finalement, le CECR à su améliorer les conditions administratives auxquelles sont soumis les vaillants émigrants. Même si le système pâtit de temps en temps d'un manque d'application, c'est un début encourageant. Il ne reste plus qu'aux Français d'apprendre la langue de Goethe et de Schiller, afin d'arriver bien préparés le jour du test et de pouvoir découvrir la culture du voisin.

Pour plus d'informations, consultez la grille du cadre cadre européen de référence.