Comment mettre de l'avant ses compétences sociales (Soft-Skills) dans sa candidature en Allemagne

Soft-Skills dans sa candidature en AllemagneCes dernières années, le terme de Soft-Skills (ou soziale Kompetenzen) est devenu omniprésent dans les offres d'emploi allemandes. Quels types de compétences se cachent sous cette appellation ? Et comment expliquer l'engouement massif des recruteurs pour cette nouvelle notion ?

Pour tenter d'y voir plus clair, nous nous proposons dans cet article de classifier les compétences sociales les plus fréquemment demandées en Allemagne. Vous serez ainsi à même d'identifier celles qui sont les plus pertinentes dans le cadre de votre projet professionnel. Nous vous donnerons par la suite quelques conseils afin de mieux articuler l'énoncé de vos compétences sociales dans votre lettre de motivation. Enfin, nous nous pencherons sur la question de savoir s'il est possible ou non d'apprendre de nouvelles compétences sociales ou à tout le moins d'en corriger certaines défaillances.

Différences entre les Hard-Skills et les Soft-Skills

Les Hard-Skills

Les Hard-Skills sont, comme leur nom l'indique, des compétences « dures », c'est à dire factuelles, dont vous pouvez vous prévaloir documents à l'appui (diplômes, rapports de stages, évaluations, références ou certificats de travail). Ces compétences, acquises durant votre parcours académique et professionnel, présentent l'avantage de pouvoir être mesurées et comparées entre elles. Un recruteur aura par exemple le loisir de comparer les notes obtenues par différents candidats à tel ou tel diplôme pour décider de qui sera embauché.

Hard-Skills dans candidature allemande

Les Soft-Skills

Il en va tout autrement des Soft-Skills, qui sont elles des compétences éminemment psychologiques et sociales. Ces compétences renvoient aux éléments-clés de votre personnalité et à votre manière d'agir envers les autres, bref, à toutes les qualités qui définissent ce que les psychologues appellent « l'intelligence émotionnelle » ou « sociale ». Capacité d'adaptation et d'apprentissage, compréhension interculturelle, aisance communicationnelle, force de persuasion, esprit d'équipe, gestion des conflits, sens des responsabilités, etc. sont autant de données certes difficilement quantifiables, mais qui peuvent se révéler déterminante dans le cadre d'un processus de recrutement, à condition bien sûr de savoir en faire la démonstration.

Soft-Skills dans candidature allemande

Critère nécessaire et critère déterminant

Il ne faut cependant pas se faire d'illusion. Les compétences qui comptent le plus aux yeux des recruteurs allemands sont, hier comme aujourd'hui, les compétences factuelles (Hard-Skills). Si vous ne répondez pas aux critères de sélection de l'annonce à laquelle vous postulez telles qu'explicitées dans l'Anforderungsprofil (profil exigé) vos chances de passer le premier round de sélection sont nulles. Cela peut sembler être une évidence, mais vous aurez beau avoir toutes les qualités du monde (loyal, sérieux, sympathique, motivé, flexible, créatif, dynamique, etc.), si vous n'avez aucune expérience en vente et si vous n'avez jamais mis les pieds dans une école de commerce, vous ne serez jamais embauché comme chef de produit.

Cela étant dit, si, parmi toutes les candidatures au poste de chef de produit ayant fait plus ou moins les mêmes études avec plus ou moins les mêmes résultats, vous arrivez à convaincre votre interlocuteur que vous êtes celui qui possédez toutes les qualités sus-citées (ce qui dans la pratique, est fort peu crédible, mais nous y reviendrons) vos chances seront au beau fixe. Le principal problème auquel les recruteurs doivent faire face, outre la quantité de candidatures reçues, est en effet leur similarité et leur caractère interchangeable. En ce sens, si les Hard-Skills sont un critère nécessaire dans le processus de sélection, les Soft-Skills n'en incarnent pas moins un critère déterminant en Allemagne. Il s'agit en quelque sorte du « petit plus » qui vous permettra de « faire la différence » dans la dernière ligne droite de la course à l'embauche.

Compétences sociales et « employabilité »

La vie professionnelle est très loin d'être un long fleuve tranquille. Beaucoup de travailleurs passent en définitive plus de temps avec leurs collègues de bureau qu'avec leur famille ou leurs proches. Or, vous n'avez pas choisi vos collègues de bureaux - c'est le recruteur qui s'en est chargé pour vous - et dans la pratique, tant que vos collaborateurs n'auront pas été remplacés par des robots, il va falloir vous accommoder des nombreuses différences d'opinions, de manières de vivre et de travailler qui sont le lot de toute entreprise. C'est pourquoi, une carrière réussie requiert bien plus que des compétences éprouvées et des chiffres convaincants, une bonne dose d'empathie, de pragmatisme et de sens tactique.

Compétences sociales et employabilité en Allemagne

Les recruteurs allemands sont ainsi chargés d'évaluer « l'employabilité » (Beschäftigungsfähigkeit) d'un candidat, terme qui recouvre tout à la fois l'adéquation du candidat à la culture et aux valeurs de l'entreprise, ses chances d'intégration au sein de l'équipe déjà constituée mais également son potentiel à emporter l'adhésion parmi ses collaborateurs et à les mobiliser de manière positive pour atteindre de nouveaux buts. Les entreprises modernes doivent en effet faire preuve d'une grande capacité d'adaptation face aux transformations rapides du marché. C'est pourquoi, disposer de savoirs et de compétences sanctionnés par un diplôme n'est plus l'alpha et l'oméga du recrutement. Il faut désormais se tenir toujours prêt à acquérir de nouveaux savoirs, mais également être capable de les communiquer pour rendre l'entreprise toujours plus compétitive.

Typologies des compétences sociales

On l'a vu, la liste des compétences sociales ne sauraient être exhaustive puisqu'elle recouvre peu ou prou tous les aspects de l'activité humaine et de ses multiples interactions. Cependant, un classement thématique ou selon le domaine professionnel dans lequel elles sont les plus susceptibles d'être sollicitées peuvent nous permettre d'y voir plus clair.

Classement thématique

Les compétences sociales qui se réfèrent à soi-même :

  • La confiance en soi (Selbstvertrauen
  • L'auto-discipline (Selbstdisziplin
  • etc.

Les compétences sociales qui se réfèrent aux autres :

  • L'empathie (Einfühlungsvermögen)
  • La capacité à trouver un compromis (Kompromissfähigkeit)
  • L'aisance communicationnelle (Kommunikationsfähigkeit)
  • etc.

Classement professionnel

Dans le domaine de la vente :

  • L'orientation envers le client (Kundenorientierung)
  • L'efficacité (Effizienz)
  • La ténacité (Zielstrebigkeit) 
  • etc.

Dans le domaine des ressources humaines :

  • La disponibilité (Einsatzbereitschaft)
  • La compréhension des personnes (Menschenkenntnis)
  • Les capacités d'analyse et de discernement (analytisches und logisches Denkvermögen)
  • etc.

Les Soft-Skills les plus demandées en Allemagne

Il faut savoir que dans le monde du travail allemand, toutes professions confondues, les qualités universellement appréciées sont :

  • La ponctualité (Pünktlichkeit)
  • La fiabilité (Zuverlässigkeit
  • Le sens de l'organisation (Organisationsfähigkeit)

Il en va pratiquement de même de :

  • La motivation, l'initiative et de l'engagement (Motivation, Eingeninitiative und Engagement)
  • La mobilité et la flexibilité (Mobilität und Flexibilität)
  • La capacité à imposer ses vues (Durchsetzungsvermögen)

Qualité idéalement balancée par :

  • L'acceptation de la critique et du conflit (Kritik- und Konfliktfähigkeit)

Sans oublier bien sûr, LA qualité indétrônable :

  • L'esprit d'équipe (Teamfähigkeit)
Compétences sociales pertinentes en Allemagne

Identifier les compétences sociales pertinentes

Veillez tout d'abord à bien identifier dans l'annonce quelles sont les compétences sociales demandées. Inutile d'évoquer des compétences tierces, aussi convaincantes puissent-elles vous paraître. Il est tout aussi peu indiqué de reprendre une à une chacune des compétences listées dans l'annonce pour les illustrer tant bien que mal. Concentrez-vous plutôt sur les aspects qui vous paraissent les plus importants. Ne retenez que deux ou trois des compétences demandées et donnez des exemples concrets tirés de votre expérience professionnelle. Car ce qui intéresse vraiment les recruteurs, c'est de savoir de quelle manière vos compétences pourront être mises à profit par l'entreprise. Aussi, il va falloir leur offrir des perspectives et les éclairer sur la manière dont vos compétences pourront se développer plus avant au sein et au bénéfice de l'entreprise.

Ce qu'il ne faut surtout pas faire, c'est énumérer une longue liste de vos qualités, réelles ou supposées, car cela risque de jeter le discrédit sur votre candidature. Il est en effet fort peu probable qu'un seul et même individu puisse objectivement se prévaloir d'autant de qualités. Enfin, dans le cas où il apparaît que vos Soft Skills ne correspondent pas du tout à ceux demandées pour le poste, il convient de vous demander si cela vaut vraiment la peine de perdre votre temps à postuler.

Donner des exemples concrets dans sa candidature en Allemagne

Évitez les phrases creuses du type :

« Je suis extrêmement appliqué dans mon travail »
« J'aime prendre des initiatives »
« Je sais prendre les bonnes décisions au bon moment ».

Ce qui vous permettra de vous différencier des autres candidats, ce sont des exemples concrets de situations professionnelles dans lesquelles vous avez pu mettre vos Soft-Skills à l'épreuve.

Exemple 1 :

« Pour améliorer la satisfaction de nos clients, j‘ai eu l‘idée d‘un projet dont j‘ai suggéré l‘idée à mon ancien employeur. Celui-ci m‘a aussitôt accordé sa pleine confiance et m'a chargé de mener à bien tout le projet, de sa conceptualisation à sa mise en œuvre. Cette expérience et les nouvelles responsabilités qui en ont découlé se sont révélées extrêmement positives pour moi-même ainsi que pour l'entreprise. Suite à ce projet, la satisfaction de nos clients a ainsi pu être augmentée de 17%. »

Exemple 2 :

« En marge de mon activité professionnelle, je travaille également en tant que bénévole auprès d'une association caritative qui collecte, trie et distribue des vêtements aux plus nécessiteux. Cette occupation m'a permis d'acquérir une expérience de travail au sein d'une très large équipe composée des personnalités les plus diverses et d'élargir mon horizon social. »

L'apprentissage des compétences sociales

On l'aura compris, pour mettre en avant de façon pertinente ses compétences sociales dans sa candidature, il va vous falloir faire preuve d'une bonne dose d'auto-critique. C'est tout le sens de la question classique en entretien d'embauche « quelles sont vos forces et vos faiblesses ? ». Les recruteurs aiment à ce que leurs futurs employés sachent s'auto-évaluer. Aussi, il est des circonstances où avouer ses faiblesses peut jouer en votre faveur. A condition bien sûr que vous ayez déjà réfléchi au moyen d'y remédier.

Faites une liste des compétences que vous souhaitez améliorer. Lisez des livres qui vous permettront de mieux comprendre la teneur du problème ou inscrivez-vous à des séminaires et à des ateliers professionnels pour corriger le tir. Le sport et l'engagement associatif notamment vous permettront de développer votre esprit d'équipe, votre confiance en vous-même et envers les autres, votre ténacité et votre capacité à concrétiser vos buts ou encore votre sens des responsabilités. Qui plus est, ces expériences pourront être utilisées comme exemples concerts dans vos futures candidatures.

En définitive, il ne s'agit ni plus ni moins que de travailler au modelage de votre personnalité. Aussi, développer de nouvelles compétences sociales est un travail de longue haleine. Pour parvenir à vos fins, vous allez devoir développer de nouvelles manières d'agir et de penser et les pratiquer quotidiennement. Autant dire que la persévérance est ici la qualité-clé.