BochumBerry : la dernière version du BlackBerry conçue en Allemagne

CIDAL BochumberryLe groupe canadien Research In Motion (RIM) investit massivement dans son centre de recherche allemand de Bochum : l'entreprise a non seulement mis au point son nouveau smartphone dans cette ville de la Ruhr, mais elle y a aussi installé son centre européen de contrôle qualité.

L'entreprise Research In Motion (RIM), réputée pour ses smartphones BlackBerry, a installé son unique centre de contrôle qualité situé hors d'Amérique du Nord au cœur de la Ruhr. C'est là, à Bochum, que ses appareils sont mis à l'épreuve, en subissant par exemple des tests de températures extrêmes : dans des chambres spéciales, ils sont soumis à des températures allant de -40 à +80 degrés Celsius ! Et ce n'est qu'un des nombreux tests de résistance auxquels ont droit les smartphones...

« En deux heures à peine, nos appareils vivent ici l'équivalent de leur vie entière », explique Thorsten Heins, vice-président de RIM. « Nous en tirons des conclusions sur les matériaux, le design et bien d'autres éléments encore, ce qui nous permet d'améliorer en permanence la qualité. »

Le centre de recherche et de développement de RIM, créé en 2008, emploie actuellement 250 ingénieurs à Bochum. Mais ce n'est qu'un début : d'ici à quelques années, 500 personnes devraient œuvrer au développement de nouveaux téléphones mobiles. Un élan bienvenu pour la ville de Bochum : depuis 2008, le groupe canadien y a déjà investi plus de 60 millions de dollars, auxquels devraient s'ajouter chaque année 20 millions supplémentaires.

Le tout premier « BlackBerry conçu en Allemagne », officiellement dévoilé il y a cinq mois, a été mis au point par les ingénieurs allemands en un temps record. Pour fêter l'événement, Mike Lazaridis, PDG de RIM, s'est rendu en personne à Bochum, où il a offert l'un des premiers BlackBerry Bold 9700 à Norbert Lammert, président du Bundestag.

Pourquoi le leader canadien des télécommunications a-t-il choisi Bochum pour son centre européen de contrôle qualité ? Mike Lazaridis le répète à l'envi : « La principale raison, ce sont les gens. Nous avons besoin de talents, et l'Allemagne en a à revendre. » Et de louer le système allemand d'enseignement supérieur, notamment la formation des ingénieurs : « Nous voulons en profiter. » Une raison suffisante pour que le fabricant de BlackBerry emménage dans deux étages d'un bâtiment discret de l'université de la Ruhr, à Bochum.

Il faut dire que RIM a su battre le fer tant qu'il était chaud. En 2008, Nokia avait cessé toutes ses activités à Bochum, entraînant ainsi le licenciement de 2300 personnes, dont 400 ingénieurs et techniciens. RIM n'en a pas moins cru à leur savoir-faire, et c'est BlackBerry qui en bénéficie aujourd'hui : 120 anciens employés de Nokia travaillent désormais pour l'entreprise canadienne.

Le « BochumBerry » - surnom affectueux donné par le patron de RIM au premier BlackBerry conçu dans l'ancienne ville minière - révèle « l'impressionnant savoir-faire des ingénieurs allemands », estime Mike Lazaridis. Et cela ne fait que commencer, assurent les experts.

Selon les analystes de la société de conseil Gartner, un cinquième des smartphones vendus dans le monde en 2009 ont été fabriqués par RIM. Ce qui signifie que les Canadiens continuent de distancer leurs concurrents tels qu'Apple avec son iPhone, ou encore ceux qui commercialisent des téléphones portables dotés d'un système d'exploitation Google. Mike Lazaridis en est convaincu : « Les chercheurs et développeurs de Bochum vont jouer un rôle essentiel dans l'avenir. En misant sur la qualité, ils aident RIM à conforter sa position sur le marché des smartphones. »

Voir l'article original sur le site du CIDAL : BochumBerry : la dernière version du BlackBerry conçue en Allemagne

© www.cidal.diplo.de