Forte baisse du chômage en Allemagne en mars

CIDAL Chômage en Allemagne en marsLa croissance continue de doper l'emploi en Allemagne. Selon l'Agence fédérale pour l'emploi (BA), le nombre de chômeurs a enregistré une baisse de 102 000 (données brutes), plus importante que prévu. Il s'établit à 3,210 millions. Le taux de chômage se réduit de 0,3 % par rapport au mois de février, et atteint désormais 7,6 %.

Expansion économique

Le directeur de l'Agence fédérale pour l'emploi, Frank-Jürgen Weise, voit dans cette baisse le reflet de la conjoncture. « L'expansion économique continue de faire reculer le chômage. L'emploi pleinement soumis aux charges sociales et l'activité rémunérée restent orientés à la hausse. Le nombre d'offres d'emploi est élevé », a-t-il déclaré jeudi. Aux effets positifs de la croissance (voir-dessous) s'ajoutent, depuis plusieurs mois maintenant, le recul de l'offre de travail dû à la démographie.

Au total, le nombre de demandeurs d'emploi s'est ainsi réduit de 350 000 en un an. Le taux de chômage est passé de 8,5 % à 7,6 %. Et la plupart des économistes prévoit la persistance de cette tendance au cours des mois à venir, bien qu'à un rythme plus modéré. Nombre de spécialistes s'attendent ainsi à ce que le nombre moyen de chômeurs en 2011 soit inférieur à trois millions.

La croissance continue de doper l'emploi en Allemagne. Selon l'Agence fédérale pour l'emploi (BA), le nombre de chômeurs a enregistré une baisse de 102 000 (données brutes), plus importante que prévu. Il s'établit à 3,210 millions. Le taux de chômage se réduit de 0,3 % par rapport au mois de février, et atteint désormais 7,6 %.

Tendance persistante

Dans certaines régions et certains secteurs, le plein emploi semble déjà être une réalité. Un nombre croissant d'entreprises doit faire face à une pénurie de main-d'œuvre qualifiée. Aussi les économistes craignent-ils, par ricochet, une hausse des salaires, et surtout la spirale inflationniste que cette dernière risquerait d'enclencher.

En revanche, les analystes ne redoutent pas de répercussions majeures de la série de catastrophes qui ont eu lieu au Japon. Les liens entre les économies allemande et japonaise sont, en effet, restreints : le Japon représente 2,5 % des importations et 1,4 % des exportations allemandes. Hormis certains secteurs exposés comme la photographie, l'inquiétude n'est donc pas de mise, a estimé M. Weise. De nombreuses entreprises allemandes, craignant de devoir suspendre leur production en cas de défaut de leurs fournisseurs, s'étaient déjà renseignées sur le chômage partiel auprès de l'Agence pour l'emploi.

Forte croissance économique au premier trimestre 2011

L'Institut allemand de recherche économique (DIW) table sur une forte croissance au premier trimestre 2011. En l'état actuel des choses, la catastrophe survenue au Japon n'a pas d'impact majeur sur l'économie allemande.

Selon le baromètre conjoncturel de l'institut, le produit intérieur brut (PIB) devrait s'inscrire en hausse de 0,9 % entre janvier et mars, contre 0,4 % au quatrième trimestre 2010 (en données corrigées des prix et des variations saisonnières).

Le DIW attribue cette augmentation à d'importants effets de rattrapage dans le secteur du bâtiment. Au mois de janvier, les entreprises de BTP ont vu leur activité rebondir de 36 % par rapport au mois précédent, ce qui a largement compensé l'effondrement induit par les conditions météorologiques au début de l'hiver.

Source : Office de presse et d'information du gouvernement fédéral

Conjoncture favorable sur le marché intérieur

L'industrie contribue elle aussi à cet élan, notamment avec la hausse des commandes sur le marché allemand. « Cela augure d'une conjoncture solide sur le marché intérieur », estime Vladimir Kuzin, expert au DIW.

Si l'on en croit le baromètre conjoncturel de l'institut, l'économie allemande bénéficie également de perspectives souriantes à moyen terme. La catastrophe qui a frappé l'archipel nippon ne devrait pas avoir d'effet notable sur la conjoncture.

« En général, les catastrophes naturelles n'ont guère d'influence sur l'économie mondiale », explique Ferdinand Fichtner, directeur de la section « politique conjoncturelle » au DIW. L'économie allemande, tournée vers les exportations, est à la fois robuste et flexible.

Source : Office de presse et d'information du gouvernement fédéral

Voir l'article original sur le site du CIDAL : Forte baisse du chômage en mars

© www.cidal.diplo.de