Technologie : le salon CeBIT ouvre ses portes à Hanovre

CIDAL Cebit ouvre ses portes 2011Informatique dématérialisée (cloud computing), tablettes tactiles, smartphones de dernière génération ou bien encore télévision en 3D : du 1er au 5 mars, plus de 4 200 exposants de 70 pays, présentent un vaste éventail de nouveautés au salon CeBIT de Hanovre, vitrine des technologies de l'information et de la communication. La chancelière Angela Merkel en présidera l'inauguration lundi soir aux côtés du Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan. La Turquie est l'invitée d'honneur.

En 2011, le CeBIT voit augmenter légèrement le nombre de ses exposants, qui avait atteint un plancher en 2010. Il voit également sa surface d'exposition croître de 10 000 mètres carrés : l'innovation technologique s'exhibe dans vingt halls d'exposition au lieu de dix-huit. Enfin, le salon se subdivise en quatre sections afin de cibler des publics plus spécifiques : les entreprises (« CeBIT pro »), les scientifiques (« CeBIT lab »), les institutions (« CeBIT gov ») et les particuliers (« CeBIT live »).

Informatique dématérialisée

Le grand thème de l'édition 2011 sera l'informatique dématérialisée, que les organisateurs veulent populariser. Elle permet aux utilisateurs d'ordinateurs de travailler directement sur des serveurs géants, auxquels ils accèdent via Internet. Cela représente un gain de temps et d'argent : il n'est plus nécessaire de télécharger les logiciels et leurs mises à jour. En outre, chacun peut accéder à ses données depuis n'importe quel ordinateur. Et les entreprises n'ont plus besoin d'acquérir des serveurs coûteux en entretien.

Le salon CeBIT se tient, en Allemagne, dans un contexte marqué par la pénurie d'informaticiens : en janvier, il y avait environ 7 000 ingénieurs au chômage pour 23 600 emplois vacants. Or, selon une enquête de la Fédération des ingénieurs allemands (VDI), les deux tiers des spécialistes de l'informatique s'attendent à voir encore augmenter les besoins en main-d'œuvre qualifiée d'ici à 2015. La plupart des entreprises s'y préparent en misant sur la formation continue. Mais une sur cinq songe également à délocaliser certains emplois.

Quant à la Turquie, invitée d'honneur du salon, elle mise plus que jamais sur la technologie. Dans un entretien accordé lundi au quotidien « Hannoversche Allgemeine Zeitung », M. Erdogan rappelle que l'État turc soutient « de manière très intensive les activités de recherche et développement ». La Turquie est la 16e puissance économique mondiale et la 6e puissance européenne, ajoute-t-il.

Voir l'article original sur le site du CIDAL : Technologie : le salon CeBIT ouvre ses portes à Hanovre

© www.cidal.diplo.de