Les inégalités de revenus en Allemagne en progression

Inégalités de revenus en AllemagneD'habitude, se trouver en tête d'un classement de l'OCDE est plutôt réjouissant. Cependant, être en tête de liste dans un rapport paru début décembre 2011 n'a pas vraiment fait plaisir à la République fédérale. L'étude démontre en effet que les inégalités augmentent plus vite en Allemagne que dans la plupart des autres pays développés. TEXTE : DÉBORAH BERLIOZ


Paris_Berlin_LogoParisBerlin (http://www.parisberlin.fr) est le seul newsmagazine qui vous informe chaque mois sur l'actualité franco-allemande dans les domaines suivants : politique, économie, mode de vie, culture, éducation, médias.


PB Inégalités de revenus en AllemagneLe niveau de vie des 10 % des Allemands les plus riches est actuellement 8 fois plus élevé que celui des 10 % les plus pauvres. Dans les années 90 ce rapport n'était que de 6 pour 1. "Ces résultats sont étonnants", explique Markus Grabka, chercheur à l'Institut allemand de recherche économique (DIW). "Entre 2006 et 2011, le chômage a presque diminué de moitié en Allemagne. Cela devrait se répercuter sur la répartition des revenus." Mais c'est le contraire qui s'est produit. Et, selon l'économiste, cela est surtout dû "aux transformations du marché du travail sous le gouvernement de Gerhard Schröder." Entendez par là les quatre lois dites Hartz qui, outre une réforme de l'allocation chômage, ont largement promu les formes d'emploi atypiques. Ainsi, selon une étude du DIW, près de 10 millions d'Allemands travaillaient à temps partiel en 2010, soit 3 millions de plus qu'au début du millénaire. Et selon l'Office fédéral pour le travail, plus de 7 millions d'emplois seraient des mini-jobs, payés moins de 400 euros par mois et non assujettis aux cotisations sociales salariées. "Il faut rajouter à cela des facteurs sociaux, comme la hausse des foyers monoparentaux, qui diminuent de facto les revenus par foyer", ajoute Grabka.

L'Allemagne est loin d'être le seul pays où les inégalités sont en hausse. Une des rares exceptions à la règle : la France, où la proportion de l'écart de revenus n'est que de 7 pour 1. Et cela a peu évolué depuis 25 ans. "Le salaire minimum interprofessionnel peut être une explication", présume Grabka. Le rapport estime également qu'en France la progression du travail des femmes et de leurs rémunérations a contrebalancé le creusement des écarts de salaires des hommes. Et l'Hexagone peut se réjouir de ses résultats. Car selon l'OCDE "les inégalités mettent en danger la croissance économique." D'après le chercheur du DIW, le gouvernement allemand ne semble pas disposé à combattre les iniquités dans sa société : "Il baisse les impôts, alors qu'il faudrait les augmenter pour réinvestir dans l'éducation et les transferts sociaux."

TEXTE : DÉBORAH BERLIOZ